NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
May 22, 2024
SCIENCES

BURKINA FASO: Diébédo Francis Kéré Premier Africain à recevoir le prix Pritzker.

  • avril 7, 2022
  • 5 min read
  • 319 Views
BURKINA FASO:  Diébédo Francis Kéré Premier Africain à recevoir le prix Pritzker.

Pionner des constructions durables au service des populations comme l’école de son village au Burkina Faso, l’architecte Diébédo Francis Kéré a reçu, le prix Pritzker, la plus haute distinction de la profession.

Diébédo Francis Kéré est un architecte Burkinabé. Il est le premier Africain à être récompensé par le prix Pritzker 2022, la plus haute distinction du monde de architecture qui a récompensé par le passé des architectes de renom comme Oscar Niemeyer ou jean Nouvel. C’est la première fois qu’un Africain est récompensé de ce prix financé par la fondation Hyatt.  Diébédo Francis Kéré, 57 ans, né au Burkina Faso mais basé à Berlin(Allemagne), s’est fait connaitre :

« Grâce à son engagement pour la justice sociale et à l’utilisation intelligente de matériaux locaux pour s’adapter et répondre au climat naturel, il travaille dans des pays marginalisés, où les contraintes et les difficultés sont nombreuses et où l’architecture et les infrastructures sont absentes », ont expliqué les organisateurs du prix Pritzker dans un communiqué.

Né en 1965 dans un petit village sans eau ni électricité de Gando au pays des hommes intègre (Burkina Faso), il est le fils ainé du chef local et le premier des  jeunes du village à aller à l’école. Les scarifications de son visage, symbolisant les rayons du soleil ; sont la marque de statut dont il a bénéficié. En raison de l’absence d’école à Gando, il part dès l’âge de sept ans à Ouagadougou afin de poursuivre son apprentissage. Quelques années plus tard, il obtient une bourse afin d’étudier le travail du bois en Allemagne. Une fois installé là-bas, il entame des études d’architecture à l’université technique de Berlin. Pour son projet de fin d’études, il choisit de construire une école dans le village de son enfance. Cette école marquera  les bases de son style.  Pour bâtir cette école, tout le village a participé. Les enfants ont ramassé des pierres pour les fondations tandis que les femmes ont apporté de l’eau pour la fabrication des briques. Depuis, l’architecte ne cesse d’appliquer cette méthode de pratique collaborative  que ce soit dans l’élaboration du projet ou dans sa construction.  C’est obtention du prix Aga Khan en 2004, récompensant l’architecte de cette école, qui offre à Diébédo Francis Kéré une renommée internationale dès le début de sa carrière. L’année suivante, il fonde son cabinet d’architecture Kéré Architecture à Berlin.

De ses premières créations telles des écoles à la prochaine Assemblée Nationale du Bénin en passant par des orphelinats, l’homme s’approprie tous les types d’édifices avec toujours le but de répondre à des exigences esthétiques et culturelles. Et veut à travers ses créations aider les populations locales. On apprend par exemple qu’il a dû quitter son village à cause du manque d’accès à l’éducation et ses premières créations sont donc faites sur place pour permettre aux jeunes un meilleur accès à l’éducation. Si l’on doit définir son style, l’on dira de lui qu’il est granitique, moderne granitique. Son travail exploitant les matériaux locaux, on y trouve ainsi ce côté « argilique » mélangé à des choses plus modernes comme le montre son travail sur le Startup Lions Campus au Kenya.

Il est aussi reconnu pour son implication dans les projets au fort potentiel d’usage public, comme des écoles, et nombre d’ouvrage de Kéré sont situés sur le continent africain, notamment au Bénin, Burkina Faso, Mali, Togo,  Kenya, et Mozambie. Son travail le plus connu est sans doute son « village-opéra » construit à Loango au Burkina Faso. Il le construit avec des matériaux trouvables sur place comme briques, des terres compressées de l’argile. Le projet est ainsi bioclimatique. Nous avons aussi son projet non abouti pour le Mémorial à Thomas Sankara. Le projet composé d’une immense tour rappelle en son intérieur le Guggenheim de New York dans cet aspect circulaire dans la montée.

Le prix Nobel de l’architecture Diébédo Francis Kéré gagne donc la plus haute distinction de la profession. Premier Africain, ce prix récompense depuis plus de 40 ans les plus grands architectes du monde entier. Ainsi, même s’il est rare de connaître des architectes contemporains, on peut citer le lauréat 1995 TADAO Ando et son travail sur l’épuration du béton et la lumière. L’architecte japonais auteur entre autres du Pulitzer arts foundation, de Saint-Louis est accompagné parmi les lauréats par Philip Johnson et ses fameuses maisons de verres. Pour finir, on peut citer encore plusieurs comme le Danois Jorn Utzon auteur de l’opéra de Sydney. Le prix Pritzker est considéré comme le prix Nobel de l’architecture. Il faut bien comprendre qu’il récompense un ensemble de création et non une seule. Diébédo Francis Kéré rejoint ainsi les plus grands noms de l’architecture. Son œuvre et la reconnaissance symbolique de ce prix seront bénéfiques pour les professionnels du secteur et pour la société dans son ensemble.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *