NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
June 23, 2024
ECONOMIE

Eco CEDEAO: Vers un report de 5 ans ?

  • septembre 10, 2020
  • 4 min read
  • 249 Views
Eco CEDEAO: Vers un report de 5 ans ?

L’insuffisante harmonisation macroéconomique autour des critères de convergence mais aussi la suspension de ces critères pour assurer la relance économique post COVID-19 obligent le report à moyen terme du lancement de la monnaie unique de l’Afrique de l’Ouest.

Non seulement la crise sanitaire liée à la pandémie du Coronavirus a creusé les déficits macroéconomiques (déjà existants) des Etats membres de la communauté économiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) mais il faudra davantage creuser ces déficits pour assurer le financement des plans de relance économique post COVID-19. Bien avant, tous les Etats n’ont pas ramené leurs données macroéconomiques au niveau des critères de convergence de la communauté. Lesquels critères de convergence indiquent le niveau autorisé de déficits dans la communauté économique.

Globalement, voilà l’environnement économique dans lequel l’Afrique de l’Ouest vient de refuser de lancer sa monnaie commune, l’Eco. Le communiqué final de la cinquante-septième session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao tenue à Niamey (Niger) le 7 septembre 2020 indique que la conférence a décidé de « différer, à une date ultérieure, le lancement de la monnaie unique ».

COVID-19

La pandémie de la COVID-19 aura finalement accéléré le mouvement social au Mali et déstabilisé les institutions. Elle aura entrainé des pertes en vies humaines, l’aggravation de la pauvreté, le regain de la menace sécuritaire et l’augmentation des déficits. L’Afrique de l’Ouest est clairement frappée de plain fouet par les répercussions de la crise sanitaire actuelle.

Pour s’en relever les chefs d’Etats d’Afrique de l’Ouest décident de « exempter les Etats membres du respect des critères de convergence macroéconomique en 2020 » souligne le communiqué final. La mesure vise de permettre aux Etats de s’endetter pour financer les plans de relance post pandémique. Dans cette perspectives, ils ont « lancé un appel aux partenaires en vue d’une augmentation du soutien accordé aux Etats membres de la Cedeao ». Il faudra aussi faire « les réformes économiques nécessaires pour assurer la reprise de leurs économies ».

Les experts de la banque africaine de développement, lors de la présentation du rapport sur les « perspectives économiques régionales en Afrique de l’Ouest 2020 », avaient indiqué que l’Afrique de l’Ouest aura besoin des mesures énergiques pour se relever de cette situation. Selon les scénarii d’une reprise en forme de V, W ou U, le moyen terme (4-5 ans) pourrait être envisagé.

Enième feuille de route

Les chefs d’Etats concluent qu’une feuille de route sera nécessaire pour le chantier monétaire. Une nouvelle feuille de route après celle révisée de 2019 et les précédentes qui ont eu cours dans les décennies précédentes.

Ladite feuille de route intègre la redéfinition « d’un nouveau pacte de convergence et de stabilité macroéconomique ». Un projet à envisager sur le moyen terme (5 ans) pour les plus optimistes. Car il faudra déjà le concevoir, le discuter avec les Etats, les partenaires techniques et financiers, le mettre en œuvre et en tirer les premiers résultats. Dans ce sillage, la commission de la Cedeao est tenue de « travailler avec les banques centrales, les ministères des finances, l’AMAO et l’IMAO, en vue de la mise en œuvre de la feuille de route révisée pour le programme de la monnaie unique ».

Ce n’est pas un adieu !

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *