NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
July 22, 2024
Société

Haïti : plusieurs milliers d’enfants victimes de la violence des gangs.

  • juillet 3, 2024
  • 2 min read
  • 59 Views
Haïti : plusieurs milliers d’enfants victimes de la violence des gangs.

Les chiffres de l’agence des Nations Unies pour l’enfance interpellent. Dans une déclaration faite mardi, elle a affirmé que la violence des gangs en Haïti a déplacé plus de 300 000 enfants depuis mars dernier.

En Haïti, la vague de violences déclenchée par les gangs n’épargne personne. Ces quatre derniers mois ce sont les enfants qui ont été les plus touchés. Ces derniers représentent plus de la moitié des 580 000 personnes qui se sont retrouvées sans abri. Selon l’agence des Nations Unies pour l’enfance, le pic de violence a commencé à la fin du mois de février après une série d’attaques coordonnées contre des infrastructures gouvernementales clés qui ont finalement conduit le Premier ministre Ariel Henry à démissionner en avril.

Dans un communiqué, la directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell, a déclaré que “La catastrophe humanitaire qui se déroule sous nos yeux a des effets dévastateurs sur les enfants”, ajoutant que “Les enfants déplacés ont désespérément besoin d’un environnement sûr et protecteur, ainsi que d’un soutien et d’un financement accrus de la part de la communauté internationale.”

Selon l’ONU, les gangs contrôlent désormais au moins 80% de la capitale Port-au-Prince et des routes principales. Alors que ce pays des Caraïbes tente de sortir de cet engrenage, plus de 2 500 personnes ont été tuées ou blessées au cours des trois premiers mois de l’année. Pendant ce temps, de milliers d’enfants vivent dans des abris de fortune, notamment dans des écoles où les conditions d’hygiène sont déplorables, ce qui les expose à des risques de maladie. Par ailleurs, les fermetures d’écoles entraînent également une augmentation du taux d’abandon scolaire.

N’ayant pas d’autres choix, les enfants en Haïti sont forcés de rejoindre des gangs violents pour survivre car ils n’ont souvent pas accès à la nourriture, aux soins de santé, à l’eau potable et à l’assainissement. La directrice générale de L’UNICEF a fortement déploré les conditions douloureuses auxquelles sont soumis les enfants et les adolescents déplacés en Haïti. Ces derniers sont de ce fait, confrontés à un risque plus élevé d’agression sexuelle, d’exploitation, de maltraitance et de séparation familiale, a-t-elle dénoncé.

Cyr Raoul HOUNGBEDJI

About Author

Ferdinand Gade