NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
May 22, 2024
COOPERATION

SOMMET RUSSIE-AFRIQUE A ST-PETERSBOURG

  • septembre 20, 2023
  • 6 min read
  • 433 Views
SOMMET RUSSIE-AFRIQUE A ST-PETERSBOURG

La Russie s’invite au développement de l’Afrique

Tenu à Saint-Pétersbourg les 27 et 28 juillet, le second sommet Russie-Afrique aura connu une participation mitigée en nombre par rapport à la première édition, organisée à Sotchi en octobre 2019. Un sommet où le président Poutine s’est employé à rassurer ses partenaires africains parmi lesquels certains n’ont pas caché leur joie de collaborer avec la Russie. Plusieurs enseignements sont à retenir de ce grand rendez-vous à enjeux…

Alors que 43 chefs d’État et de gouvernement s’étaient à l’époque déplacés sur les rivages de la mer Noire, seuls 17 d’entre eux étaient présents dans l’ancienne capitale de l’empire russe. Dans son message de bienvenue aux participants à l’événement, le président russe Vladimir Poutine a souligné, dans la journée du mercredi, l’engagement de la Russie à continuer le développement des relations avec les pays africains, à travailler pour stimuler le commerce et l’investissement avec eux, et à les aider à combattre la pauvreté et à lutter contre la crise climatique.

Le dirigeant russe s’est ainsi engagé à fournir – gratuitement – dans les mois qui viennent « jusqu’à 50.000 tonnes » de céréales au Zimbabwe, à la Somalie, à l’Érythrée, au Mali, à la Centrafrique et au Burkina Faso.

Une annonce qui intervient peu après la non-reconduction de l’accord sur les exportations céréalières, qui a permis sur l’année écoulée de sortir près de 33 millions de tonnes de céréales des ports ukrainiens en dépit du conflit en cours.

Le chef du Kremlin a par ailleurs ajouté une longue liste de promesses. Il s’agit entre autres de l’accueil de plus de 35 000 étudiants africains en Russie, l’ouverture de filiales d’universités russes sur le continent, le déploiement de technologies destinées à aider l’agriculture locale, et une invitation à venir participer à un festival de la jeunesse à Sotchi…

Ce sommet hautement politique a été émaillé de plusieurs faits marquants. Ces faits dénotent de ce que l’Afrique part encore divisée se mettre avec un nouveau partenaire stratégique. Tout le monde a retenu les vérités crues du Capitaine Traoré, chef de l’Etat du Burkina Faso. Une salve mal digérée par Macky Sall, président du Sénégal dont la réaction traduisait un certain agacement.

On a eu également l’épisode de la photo de famille. Trois présidents n’ont pas souhaité apparaître sur la photo de famille. Ils ne souhaitaient pas apparaître aux côtés de putschistes, selon ce qui est revenu de St-Pétersbourg.

S’ils mettent en avant des principes de l’Union africaine pour justifier leur attitude, ces présidents africains sont plutôt accusés de jouer le jeu de l’Occident. En effet, ces présidents n’ont eu aucune gêne à poser aux côtés de Joe Biden lors du Sommet Etats-Unis-Afrique où se trouvaient des présidents pas très démocratiquement élus…

Pour plusieurs analystes, Poutine était heureux de recevoir plutôt des chefs d’Etats africains dont les pays ont clairement affiché leur collaboration avec la Russie. Il s’agit du centrafricain Touadera, du Malien Assimi Goita et du Burkinabè Ibrahim Traoré qui aura volé la vedette à tous. C’était, dit-on un sommet de la clarification stratégique. Pendant qu’il se déroulait, un autre pays africain, le Niger semble avoir basculé dans le giron russe avec la destitution de Bazoum.

Un forum économique en marge du sommet politique

Si la politique était naturellement le premier sujet de cette rencontre, le volet économique n’a pas été négligé. En effet, l’autre grand enjeu était le forum économique, organisé en parallèle par les grands chefs d’entreprises russes. Celui-ci aura notamment permis de mettre en lumière l’authentique savoir-faire russe dans nombre de domaines stratégiques pour l’Afrique : extraction minière, hydrocarbures, nucléaire, armement…

Les Russes ont de quoi enchanter les Africains. Ils mettent en avant des atouts tels que l’effacement de toute ou partie de la dette en échange d’une coopération militaire renforcée. Ils proposent aussi l’accession à des ressources naturelles, qui seront ensuite exploitées par des poids-lourds de l’économie russe comme Rostec (armement) Gazprom, Rosneft et Lukoil (hydrocarbures), Alrosa (diamants), Rusal (aluminium) et Rosatom (nucléaire)…

Des pistes pour un partenariat économique fort…

La Russie est vue comme étant le bouclier sécuritaire de certains pays africains contre l’Occident. Cependant la Russie veut aussi compter au plan économique. Sur le continent, elle est à seulement 18 milliards d’échanges avec l’Afrique en 2022, (principalement avec l’Afrique du Nord). Ce chiffre comparé aux géants européen (275 milliards), chinois (254 milliards), indien (75 milliards) et américain (64 milliards), montre bien le retard que Moscou tente de combler en s’intéressant plus que jamais aux développements politiques sur le continent africain. Un activisme très mal vécu par la France et le reste de l’occident. Ces derniers, dormant sur leurs lauriers en considérant l’Afrique comme leur pré-carré, n’ont pratiquement rien vu venir… Le sommet a surement accru le rapprochement entre l’Afrique et le géant Russe. Les peaux de banane lancées par les occidentaux aux délégations africaines pour dissuader leur déplacement ont servi de carburant.

Le rapprochement des économies va davantage solidifier ce lien. Désormais les échanges commerciaux et financiers se feront en rouble, la devise russe. Une victoire pour Moscou et une libération pour l’Afrique !

Toutefois, pour véritablement se poser en recours stratégique, la Russie de Vladimir Poutine devrait travailler à accroître les investissements russes en Afrique. Face à la timidité entretenue de l’occident à investir pour un secteur productif compétitif et durable en Afrique, la Russie pourrait saisir l’opportunité de la ZLECAf et tirer avantage de ce vaste marché en investissant dans l’industrie et les infrastructures fiables.

About Author

Ferdinand Gade

Article suivant