NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
May 20, 2024
ECONOMIE

“Les gens commencent à comprendre ce qu’est l’Afrique”

  • février 8, 2014
  • 5 min read
  • 307 Views
“Les gens commencent à comprendre ce qu’est l’Afrique”

Une quarantaine de chefs d’état dont cinq Africains, plus de 100 pays et près de 2500 participants ont pris part, du 22 au 25 janvier, au forum économique de Davos en Suisse. à cette édition, la 44e, les chefs d’états et de gouvernement africain sont venus réclamer du « concret » sur la croissance, l’emploi, la santé et l’environnement.

Malgré la belle croissance africaine et le décollage économique du continent, les opérateurs économiques demeurent modérés dans leur optimisme. Pour le milliardaire nigérian Aliko Dangoté qui a co-présidé les travaux de cette édition, l’Afrique a « eu une bonne croissance économique, et ce que nous voyons c’est que les gens commencent à comprendre ce qu’est en réalité l’Afrique, ses opportunités, les défis qu’elle doit relever. Et je pense que nous devons expliquer au monde que l’Afrique a des richesses et que nous devons les utiliser pour construire une meilleure société ». Toutefois, le chômage des jeunes est une bombe qu’il faut immédiate- ment désamorcée pour ne pas contrecarrer les potentialités du continent. « Je pense que le chômage des jeunes est un problème que nous devons aborder de front y compris dans des régions d’Afrique où nous commençons à peine, où tout est à faire. Nous avons besoin de créer des compétences qui permettront de maintenir cette croissance que nous avons en Afrique », a ajouté l’homme d’affaires nigérian qui s’est plaint des difficultés pour la circulation des Africains sur le propre continent. «Un Américain circule plus librement que moi sur mon continent », a-t-il souligné. indiquant être obligé de visa pour se rendre dans 38 des 54 états que compte le continent.

Partenariat public-privé

Au cours de ce sommet, le Programme alimentaire mondial (PAM) a souligné la nécessité d’une participation globale autant du secteur public que du secteur privé pour éradiquer la faim en Afrique. « La malnutrition limite non seulement les capacités des citoyens d’un pays, mais elle limite aussi la croissance du PIB », a déclaré dans un communiqué de presse, Ertharin Cousin, Directrice Exécutive du PAM. « Un monde sans faim est possible à condition que les entreprises, les gouvernements, les citoyens s’engagent ensemble », conseillé, notant que des études récentes ont montré que la malnutrition chronique, dès le début de l’enfance, a un impact négatif sur la santé de l’individu ainsi que sur son habilité à générer des revenus.

« Aucune organisation ni aucun gouverne- ment ne peut à lui seul arriver à atteindre l’objectif de mettre fin à la malnutrition et à la faim dans le monde. En travaillant ensemble, nous pouvons changer la donne, passer de la faim à l’espérance… jusqu’à ce que plus per- sonne ne souffre de la faim », a ajouté Mme Cousin. Au cours des travaux, un important partenariat entre 40 grandes multinationales a été lancé pour renforcer la lutte contre la malnutrition dans le monde. Les entreprises se sont engagées à fournir une assistance alimentaire à 127 millions de personnes dans le monde chaque année jusqu’à l’horizon 2020.

Toujours dans le cadre des partenariats publics privés, le président nigérian Goodluck Jonathan a participé à un débat sur les moyens de garantir une croissance durable au continent dont la population dépassera les deux milliards d’habitants en 2050. Le Chef de l’État nigérian a, une nouvelle fois, appelé les opérateurs privés à s’engager plus nette- ment aux côtés du secteur public. « L’Afrique ne peut pas réussir sans un vrai partenariat public privé », a-t-il souligné. Une conviction que partage son compatriote Aliko Dangote qui a appelé les dirigeants africains à ouvrir leur marché aux investisseurs étrangers et à les soutenir. « Les populations en tireront inévitablement un bénéfice », a défendu la première fortune du continent.

Le Forum Mondial économique de Davos est un rendez-vous du gotha international des finances et de la politique et vise à établir un diagnostic de l’état de l’économie mondiale. « Le Forum économique mondial (FEM) est une ONG suisse fondée en janvier 1971, qui avait commencé son activité par un colloque réunissant plus de 400 dirigeants des plus grandes compagnies européennes à Genève.

Son appellation actuelle, le FEM, date de 1987. Jusque là le forum s’intitulait « Forum européen d’administration ». Le FEM se tient traditionnellement fin janvier à Davos ». Des organisations internationales ont en marge du Forum souligné la disparité et l’évolution inégalitaire de la société. Selon l’ONG anglaise OXFAM, depuis le début de la crise (2008), près de la moitié des richesses mondiales est détenue par 1 % (vous avez bien lu) de la population mondiale. Les 85 personnes les plus riches de la planète possèdent autant que les 3 milliards et demi les plus pauvres.

AFO

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *