NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
February 21, 2024
POLITIQUE

MALI / Moussa Traoré décédé à 84 ans: Qui était l’ancien président Malien ?

  • septembre 16, 2020
  • 3 min read
  • 310 Views
MALI /  Moussa Traoré décédé à 84 ans:  Qui était l’ancien président Malien ?

L’ancien président Malien, Moussa Traoré est décédé au Mali, le mardi 15 septembre 2020. Il a gouverné le Mali entre 1968 et 1991. Retour sur les points saillants de la vie de ce militaire qui avait déposé le père de l’indépendance Modibo Kéita.

Surnommé «  GMT », pour Général Moussa Traoré, l’ancien président Malien, décédé le mardi 15 septembre 2020 au Mali, aura marqué son temps. Né le 25 septembre 1936 à Sébétou dans la région de Kayes (sud-ouest) d’une famille Malinké, le Général Moussa Traoré est le fils d’un soldat de l’armée français.

En 1954, il intègre la Grande Muette et est admis en 1960 à l’école d’officiers de Fréjus en France. Major de sa promotion, Moussa Traoré retourne au Mali où il commence avec le grade de lieutenant dans l’armée malienne en 1964. Il participe à la formation des premiers militaires du Mali indépendant en tant qu’instructeur de l’école interarmes de Kati jusqu’en 1968.

C’est en cette année de 1968, précisément le 19 novembre 1968, que sa vie va basculer avec celle du Mali, également. En effet, à la tête d’un groupe d’officiers, il mène le coup d’Etat qui renversera le président  Modibo Keita, au pouvoir depuis l’indépendance en 1960.

Entre septembre 1969 et 1978, il devient président du « Comité militaire de libération nationale » (CMLN), chef de l’État et du gouvernement, accède au grade de colonel, avant de se hisser au rang de général.

Cependant son passage au pouvoir rimera avec beaucoup de violations des droits de l’homme. En pleine guerre froide, Moussa Traoré règne avec une main de fer, voyant ici et là des complots ourdis par des ennemis intérieurs et extérieurs.

Par exemple, en février 1978, il emprisonne des membres du gouvernement accusés de créer un « État dans l’État ». Quelques années plus tard, il mâte une forte et grave crise estudiantine. Progressivement le Mali sombre dans une dictature militaire aux habits de pouvoir civil.  Ainsi, même à l’orée de la Conférence de Baule, il est imperméable au vent de la démocratie. Il supprime même  le poste de premier ministre en 1988.  

Fort de l’accord de paix  qu’il signe avec la rébellion armée des Touaregs du Mali en 1990, Moussa Traoré pense avoir toujours le contrôle de l’appareil militaire. Il déchantera car lorsque commenceront les manifestations monstres pour la démocratie, les militaires le lâcheront.

En effet, grisé par 23 années de pouvoir, il s’accroche au pouvoir en réprimant violemment les manifestations pro-démocratie. On compte des centaines de morts mais les Maliens résistent et finalement, les militaires se retournent contre lui et le renversent sous la férule d’Amadou Toumani Touré. Condamné à mort en 1993, sa peine avait été commuée en détention à perpétuité en décembre 1997. Il est finalement gracié par Alpha Omar Konaré en mai 2002, au nom de la réconciliation nationale.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *