NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
June 21, 2024
POLITIQUE

Mohammed VI prend les choses en main

  • mars 13, 2014
  • 11 min read
  • 352 Views
Mohammed VI prend les choses en main

Mohammed VI prend les choses en main

[quote]Le roi Mohamed Vi a effectué, en mars 2014, une longue tournée en afrique l’ouest pour s’assurer que la politique d’investissement de son royaume à travers certains pays africains de la sous-région est menée avec efficacité. a abidjan où il a le plus séjourné, le souverain chérifien a présidé un forum économique et signé plusieurs accords.[/quote]

Au terme de sa visite en Côte d’Ivoire du 23 février au 3 mars 2014, le Roi Mohamed VI peut se satisfaire d’avouer donner un coup d’accélérateur au partenariat économique entre pays et son hôte. Ce sont en effet 26 accords de coopération qui ont été signés entre les deux parties. Après le forum économique organisé par les patronats des deux pays et qui a eu lieu du 24 au 25 février, différents accords et conventions ont été conclus. Touchant directe- ment le secteur des investissements directs à l’étranger, ils prennent aussi en compte des domaines économiques l’immobilier, la pêche, l’aquaculture, le tourisme, le développement portuaire et des infrastructures industrielles. En outre, le Maroc et la Côte d’Ivoire ont eu des accords sur les questions d’éducation et de la santé. A la tête d’une centaine d’hommes d’affaires, le Roi du Maroc a pu s’imprégner sur place de la vitalité de leurs investissements dans un pays qui selon Sa Majesté « abrite l’une des bases industrielles les plus actives de la région, et l’une des plates-formes de commerce les plus dynamiques. A l’ouverture du forum, Sa Majesté Mohamed VI a expliqué le sens de Mohammed VI prend les choses en main Bain de foule de Mohammed VI à son arrivée à Abidjan n° 64 Avril 2014 37 son activisme sur le continent : « Auparavant la diplomatie était au service de la consolidation des relations politiques. Aujourd’hui, c’est la dimension économique qui prime et constitue l’un des fondamentaux des relations diplomatiques. La coopération, hier basée sur la relation de confiance et les liens historiques, est, aujourd’hui, de plus en plus fondée sur l’efficacité, la performance et la crédibilité ».

S’adressant plus particulièrement aux Africains et à ses anciens partenaires traditionnels dans le monde, il a fait savoir que « L’Afrique est un grand continent, par ses forces vives, ses ressources et ses potentialités. Elle doit se prendre en charge, ce n’est plus un Continent colonisé. C’est pourquoi l’Afrique doit faire confiance à l’Afrique. Elle a moins besoin d’assistance, et requiert davantage de partenariats mutuellement bénéfiques. Plus qu’une aide humanitaire, c’est de projets de développement humain et social, dont notre Continent a le plus besoin ». Rappelant que son pays a toujours privilégié la coopération et les échanges entre les États africains, Mohamed VI a esquissé ce qui pour lui devrait et pourrait concourir au décollage économique du continent. « Mesdames et Messieurs, le développement durable du Continent africain exige que la créativité et le dynamisme du secteur privé se concentrent sur des domaines porteurs, comme l’agriculture, l’industrie, la science et la technologie, et le développement des infrastructures. Cela reste tributaire de la libération des potentialités et du renforcement de l’initiative privée, ce qui présuppose l’existence d’un secteur public efficace, porteur et compétent. La démultiplication des partenariats public privé sud-sud et des transferts de technologie, revêt une importance clé dans ce sens.

C’est dire que le renforcement des capacités institutionnelles des États africains, constitue un enjeu stratégique. La meilleure gouvernance, le progrès par le droit et la résolution pacifique des conflits, doivent être des priorités partagées. Grâce aux progrès du secteur bancaire, à l’urbanisation des populations, et à la hausse continue de la productivité du travailleur africain, l’Afrique voit chaque jour s’ouvrir à elle de nouvelles voies pour atteindre la prospérité des générations futures.

Elle y aura d’autant mieux accès, lorsqu’elle parviendra à triompher de l’Afro-pessimisme, grâce à la libération des potentiels, intellectuels et physiques, des forces vives de tous les peuples africains », a-t-il conseillé. Pour le Ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération Salahddine Mezouar qui s’exprimait à la suite des accords signés « la convergence et l’efficacité étaient présents, cela a conduit à des encourageants résultats dont la première expression est la signature de 26 accords et conventions ».

[quote arrow=’yes’]”Le développement durable du Continent africain exige que la créativité et le dynamisme du secteur privé se concentrent sur des domaines porteurs” SM Mohammed VI[/quote]

La Côte d’Ivoire demande plus de coopération

Le Premier ministre Daniel Kablan a dans son allocution exhorté le Maroc à accroître sa coopération avec la Côte d’Ivoire qui selon le tableau qu’il a dressé est très faible. Aux dires de Kablan Duncan, le Maroc représentait seulement 0,4% du Commerce extérieur de la Côte d’Ivoire en 2010, 0,43 % en 2011 et 0,45 % en 2013. Même si à l’en croire le volume global des échanges est passé de 39,6 milliards de francs CFA en 2010 à 47,7 milliards de francs CFA en 2012. « Le Maroc est le 25ème fournisseur de la Côte d’Ivoire, et nos échanges sont peu diversifiés. En effet, avec un mon- tant de 39,5 milliards de francs CFA en 2012, le Maroc fournit à la Côte d’Ivoire essentiellement des pro- duits d’équipement et d’habillement, tandis que la Côte d’Ivoire avec un montant de 8,2 milliards de francs CFA en 2012 exporte en direction du Maroc principalement du papier et du carton (…) La qualité des relations entre les deux pays ne se reflète pas suffisamment dans les échanges commerciaux », a indiqué le Premier ministre ivoirien . C’est pourquoi après la signature des 26 accords, il a assuré que « les conclusions de cette rencontre contribueront à accélérer le décollage de nos pays respectifs ». Avant lui, Bernard Ndoumi, vice-président de la Confédération générale des entre- prises de Côte d’Ivoire (CGECI) a rassuré ses hôtes marocains : « Le Secteur Privé ivoirien est lucide et réaliste. Il sait donc qu’ensemble avec un partenariat fort et dans une concurrence saine, nous pouvons développer nos Entreprises respectives et étendre ensemble nos activités dans toute la sous-région Ouest Africaine et pourquoi pas tout simplement en Afrique ». Les autres étapes du voyage du Roi en Côte d’Ivoire ont été marquées par une visite de l’entreprise de cimenterie CIMAF et la société immobilière ADDOHA qui entend construire 7500 logements sociaux.

17 Accords signés au Mali

Avant d’atterrir à Abidjan, Mohamed VI était au Mali chez le Président IBK. 17 accords bilatéraux de coopération dans divers secteurs dont les télécommunications, les Banques, le gaz et l’eau potable. Sans oublier les accords de coopérations signés entre les patronats malien, (CNPM) et marocain (CGEM). Avec le Président malien, le souverain chérifien a procédé à la pose de la première pierre d’une clinique périnatale, à l’inauguration d’un tronçon malien de câbles à fibres optique. Par ailleurs, le Roi Mohamed VI a pu suivre le lancement des travaux de construction d’une cimenterie par le groupe CIMAF. Avant de quitter le Mali où il a séjourné du 18 au 23 février 2014, le Roi a effectué la prière du vendredi à la grande mosquée de Bamako où il a offert 10000 exemplaires du Coran pour tout le pays. En outre, il a pu voir de ses yeux, le boulevard qui lui a été dédié à Bamako par les autorités maliennes.

[quote arrow=’yes’]”Ensemble avec un partenariat fort et dans une concurrence saine, nous pouvons développer nos Entreprises respectives”[/quote]

21 accords signés en Guinée Arrivé en Guinée

Arrivé en Guinée après son séjour ivoirien, le Roi Mohamed VI a enchaîné des audiences avec le Président Alpha Condé avant de signer 21 accords dans les domaines de l’évasion fiscale, de la pêche maritime, de l’habitat, de l’agriculture, des finances etc. Comme au Mali, le Roi du Maroc a offert 10000 exemplaires du Coran lors de la “Ensemble avec un partenariat fort et dans une concurrence saine, nous pouvons développer nos Entreprises respectives” Le Roi Mohammed VI et le Président malien Ibrahim Boubakar Keita n° 64 Avril 2014 39 visite de la Mosquée Roi Fayçal de Conakry qui est en pleine rénovation. Entre autres visites, il a vu l’hôpital militaire de campagne marocain à Conakry et apprécié le travail de ses sujets en cet endroit. Toujours accompagné des responsables du groupe Addoha, il a lancé plusieurs projets de constructions, notamment de trois complexes résidentiels de 3000 logements dans la commune de Matam à Conakry. Selon l’agence marocaine de Presse (MAP) qui a suivi le périple de bout en bout, le Roi s’est imprégné des détails de trois projets agricoles menés par son royaume en Guinée. « Il s’agit du projet pilote de la Carte de fertilité du sol dans la région de Faranah (100.000 ha), d’un projet d’organisation OCP en Guinée et du projet les écoles au champ », indique la MAP. Très honoré de la visite de son hôte, le Président Alpha Condé l’a élevé au rang de Grand Cordon de l’ordre national de mérite de la République de Guinée, au cours d’un dîner. A cette occasion égale- ment, Mohamed VI a décoré son hôte du Wissam Al Mohammadi de classe exceptionnelle. Comme au Mali et en Côte d’Ivoire, le Roi a présidé une cérémonie qui a vu la signature d’une convention de coopération entre l’Alliance Patronale Guinéenne et la Confédération générale des entreprises du Maroc. Avant de prendre congé de son hôte guinéen, Sa Majesté a inauguré la minoterie « le Moulins d’Afrique » située dans la commune de Matoto, à une vingtaine de kilomètres de la capitale.

24 accords conclus au Gabon

Lors de sa quatrième et dernière étape de sa tournée ouest-africaine, le Roi Mohamed VI s’est entre- tenu avec le Président Ali Bongo Ondimba. Ils ont ensuite « présidé la cérémonie de signature du partenariat stratégique entre le Royaume du Maroc et la République Gabonaise dans le domaine des engrais, avant de visiter le Centre Hospitalier Universitaire d’Agondje à Libreville et l’Institut de cancérologie relevant du même Centre » à en croire la MAP. Qui ajoute qu’ils « ont accompli la prière du vendredi à la mosquée Hassan II de Libreville, rénovée par le ministère des Habous et des affaires islamiques conformément aux hautes instructions royales avec un coût global de 8 millions de DH ».

[quote arrow=’yes’]Il a lancé plusieurs projets de constructions, notamment de trois complexes résidentiels de 3000 logements dans la commune de Matam à Conakry[/quote]

En ce lieu, le Roi a encore offert 10000 exemplaires du saint Coran. Abordant le volet économique de son voyage, il a visité avec le Président Bongo à Owendo, un quartier de Libreville, un chantier du groupe Addoha qui y réalise une unité de production de ciment. « Durant la même journée, SM le Roi et Son excellence le Président gabonais ont présidé à Libreville, la cérémonie de signature de 24 accords, dont des conventions gouvernementales et d’autres concernant les opérateurs économiques des secteurs privés dans les deux pays », a rapporté la MAP. Satisfait de sa visite au Gabon, Sa Majesté Mohamed VI a tenu à remercier le Président gabonais dont le Premier ministre Daniel Ona Onda a été également reçu en audience. A Ali Bongo, il a exprimé « sa profonde satisfaction de la parfaite convergence de vues qui a marqué « nos entretiens sur toutes les questions d’intérêt commun, ainsi que des perspectives fort prometteuses qui s’ouvrent dorénavant à notre coopé- ration bilatérale ».

Valery FOUNGBE

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *