NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
July 24, 2024
OPINION

Un nouvel axe stratégique impulsé par le Maroc

  • avril 16, 2014
  • 12 min read
  • 581 Views
Un nouvel axe stratégique impulsé par le Maroc

[quote]LA DERNIÈRE GRANDE TOURNÉE DE SA MAJESTÉ LE ROI DU MAROC EN AFRIQUE A SUSCITÉ UN GRAND INTÉRÊT GÉOPOLITIQUE, MÉDIATIQUE ET UN ENGOUEMENT DU MONDE DE L’EXPERTISE ET DE L ’INVESTISSEMENT.[/quote]

Une nouvelle donne qui redessine les futurs espaces de prospection économique, de coopération multisectorielle et de partenariat renforcé, sortant des cercles et des organisations régionales inertes (OUA, UMA, UEM). La coopération Sud-Sud s’impose au continent africain comme alter- native au modèle de développe- ment post colonial ayant présidé au ressort économique depuis les indépendances jusqu’aux premières répercussions de la mondialisation. La majorité des pays africains, ont été impactés par la succession d’une série de mutations géostratégiques majeures qui ont redistribué les cartes dans ce continent de contrastes : un continent de plus d’un milliard d’habitants/consommateurs, un marché colossale pour les investisseurs, des gisements en ressources naturelles vitales, mais aussi, un retard criant en infrastructures, une pénétration économique à tendance hégémonique de la Chine, un retrait progressif de la France sur fond de menace terroriste… autant d’éléments qui posent, avec acuité, la question de l’avenir de l’Afrique. L’image que donne l’Afrique d’elle- même, à tort ou à raison, est celle d’un continent incapable de s’affranchir de la tutelle des ex-colonisateurs pour sa sécurité, d’un continent dépourvu de ressources humaines endogènes, d’un continent organiquement sous perfusion de l’aide internationale et des organisations onusiennes, d’un continent déboussolé idéologiquement depuis la fin de la guerre froide, et enfin, d’un continent enlisé dans les conflits frontaliers, ethniques, confessionnels, générateurs de déplacement massif des populations, source de migration indésirable en Europe.

Le déterminisme géopolitique accentue cette fragmentation entre une Ligue Arabe malade d’un panarabisme en déchéance, un Maghreb Arabe dont la construction est prise en otage par l’obsession du leadership et le soutien irrationnel au séparatisme, un Sahel chrysogène, proie aux foyers jihadistes, victime de la récurrence des coups d’État et enfermé dans une impasse sécuritaire, une Afrique Équatoriale confrontée au pillage de ses ressources naturelles, cycliquement le théâtre de génocides et sources permanentes de naufrage humanitaire, une autre Afrique ( tiers monde dans le tiers monde), dixit le PNUD ,constituée de pays devenus, au fil du temps, une semi-réserve naturelle où l’homme dans sa détresse, fait partie du paysage pour les organisateurs de Safari ou pour les anthropologues en quête du mythe de l’Homme primitif ou des organisations tribales vivant de la chasse et de la cueillette, et enfin, une Afrique du Sud qui, mal- gré sa croissance économique fulgurante, porte toujours les stigmates de la suprématie de l’homme blanc sur ses compatriotes de couleur. Pendant ce temps, chaque pays a tenté une approche d’arrimage à telle ou telle entité géopolitique exogène pour son développement. Un choix dicté, hélas, par le pragmatisme et par l’absence d’une organisation continentale motrice. Le Maroc et la Tunisie se sont tournés vers l’Europe en ratifiant des accords autour de déterminants, géopolitiquement non durables (5 + 5, UEM, Statut avancé pour le Maroc), mais économiquement viables par les impacts des transferts des immigrés, des délocalisations industrielles ou tertiaires, des partenariats public privé , du tourisme, de la co-localisation des investissements…L’Égypte, tributaire des fonds d’aide en provenance des pays du Golf et des États Unis , tourne le dos au continent africain. L’Algérie, inscrite dans une logique rentière autour du pétrole, succombe aux sirènes de la Chine et s’enlise dans une indifférence incompréhensible par rapport à son continent de référence, à son voisin le Maroc et au reste des pays frontaliers secoués par de graves crises (Mali, Mauritanie, Niger, Libye, Tunisie), au demeurant très soucieuse du sort du Polisario! Assez paradoxalement, quatre nouvelles in put géopolitiques ont mis l’Afrique face à ses responsabilités et ont ouvert les yeux aux quelques dirigeants afin de revoir leurs cartes relatives à leur sécurité, à leur stabilité et à leur développement socioéconomique.

Quatre in put matérialisés par les effets désastreux et caniculaires du printemps arabe, par l’installation, hélas durable, de la menace terroriste dans le vaste no man’s land du Sud du Sahara et du Sahel, par le retrait progressif de la France (Françafrique) enlisée dans la crise économique depuis 2007 ,secouée par les scandales de la « pompe Afrique » et par l’intrusion

Dans ce contexte à la ois d’opportunités et de vulnérabilités, le Maroc a fait son choix comme pays émergen ou « petit dragon » dans le continent africain.

d’un néo impérialisme chinois pour qui l’Afrique n’est qu’un gisement de matières premières et un marché low cost du made « in China ». Dans ce contexte à la fois d’opportunités et de vulnérabilités, le Maroc a fait son choix comme pays émergent ou « petit dragon » dans le continent africain. Un choix stratégique du fait de l’absence de force motrice continentale, d’être l’incubateur et l’impulseur de cette nouvelle vision stratégique : la coopération sud-sud. Il a fait également le bon diagnostic en se posant les questions clés pour élaborer son plan d’expansion économique en Afrique .

Quels a touts à faire valoir pour y aboutir ? Quel modèle d’organisation pertinent, réaliste et intégré pour la coopération Sud Sud ? Quel critère d’éligibilité pour s’ériger en locomotive pour une croissance économique partagée ? Quelle stratégie de convergence avec gagnant-gagnant pour l’Afrique ? La réponse à ces questions avait et fait l’objet de concertations, de rencontres, de colloques et d’intenses tractations diplomatiques et visites d’État dont la dernière visite de Sa Majesté Mohamed VI au Mali, en Côte d’Ivoire, au Gabon et en Guinée. En toile de fond près de quatre-vingts conventions de coopérations bilatérales ont été signées entre Rabat et les quatre pays. La première réponse relative aux atouts majeurs, dont dispose le Maroc pour y prétendre, se décline en un package consolidé autour d’une expertise acquise à travers son partenariat stratégique avec l’Europe. Le Maroc a intégré le concept du partenariat public privé depuis 2006 dans l’ensemble de ses stratégies sectorielles nationales. Au niveau industriel, le plan Émergence s’est décliné sous la forme d’une grande « périphérie industrielle de l’Europe » à travers l’optimisation des délocalisations vers le Maroc. Il est question, notamment de l’industrie de l’automobile (Partenariat public (l’État) et privé (Renault), de l’aéronautique (EADS, Airbus, Safran, Bombardier), du textile, de l’industrie pharmaceutique (les médicaments génériques), de l’agroalimentaire…. L’attractivité industrielle du nouveau dragon d’Afrique s’est adossée à un secteur stratégique vital, la logistique. Les Plans Maroc vert et Halieutis pour le développement et la mise en valeur de son agriculture et des ressources halieutiques. Le Plan Azur et sa capacité à moyen terme d’accueillir plus de vingt mil- lions de touristes. La logistique dans des composantes polarisantes : la Royal Air Maroc en position leader en Afrique, le maillage auto- routier du territoire qui ouvrent les régions, hors littoral atlantique, aux investissements, et le port de Tanger Med au cœur des autoroutes mari- times majeures entre l’Atlantique, la Méditerranée et vers l’océan Indien en passant par la Mer Rouge, via le Canal de Suez. Le concept de carrefour maritime est devenu une réalité et une déterminante de son attractivité. L’ensemble de ces secteurs stratégiques est impulsé par le partenariat public privé tant au niveau national qu’international. Le deuxième atout se traduit par sa capacité, son expertise et sa compétitivité dans le secteur des services (finances, Télécom, Enseignement supérieur, offre privée de santé…). Son attractivité sociale, fiscale et son modèle d’offshoring font du Maroc la troisième zone de délocalisation mondiale après la Chine et l’Europe de l’Est.

Le troisième atout et non le moindre se matérialise par son rôle de sas pour les flux financiers dans leur diversité (près de deux Milliards d’euros d’investissements annuels en moyenne en provenance des institutions financières internationales ou des pays du Golf), des transferts des MRE qui avoisinent les cinq mil- liards d’euros chaque année et de ses exportations industrielles, minières et agricoles qui contribuent à hauteur de onze Milliards d’€uros. Le quatrième atout se matérialise par le rôle moteur du secteur privé, des PME, de plus en plus performantes, et d’un capital humain formé selon les standards internationaux. Un environnement propice pour les affaires avec une série de réformes tendant au renforcement de la bonne gouvernance des finances publiques, de la lutte contre la corruption et du guichet unique pour fluidifier la circulation des investissements privés. La réponse à la deuxième question s’est traduite par le choix d’un modèle de coopération renforcée et à géométrie variable.

Une nouvelle relation à l’espace économique qui progressivement tend à s’affranchir de l’inertie des organisations régionales ou continentales. En d’autres termes, une redéfinition des aires de coopérations sur des bases contractuelles souples où d’autres paramètres interviennent dans la construction des espaces de coopération. Concrètement, Quels éléments communs entre le Maroc, le Gabon, la Côte d’Ivoire et la Guinée, au-delà de leur appartenance géo- graphique au continent africain et de la francophonie.

Des nouveaux éléments d’ordre culturel, humaniste et spirituel semblent définir le socle géopolitique qui présiderait à cette destinée. En clair, s’affranchir de l’inertie liée aux organisations panafricaines obsolètes, imposées par la géographie, et, redessiner des entités dont le dénominateur commun et le partenariat, bi/tri ou multilatéral sans contraintes d’adhésion, sont la norme. Une nouvelle géographie dont le ressort est la coopération Sud-Sud, qui dématérialise l’espace physique au profit de micro entités spatiales dynamiques.

A travers la coopération Sud- Sud, l’Afrique peut se fédérer, trouver son chemin vers le développement, s’affranchir de la dépendance vis-à-vis de l’Europe

La troisième question relative au statut du pays locomotive positionne le Maroc en candidat naturel et légitime. Un pays qui ne cherche guère le leadership, mais qui fait valoir son rôle géographique, historique et spirituel vis-à-vis des autres organisations géopolitiques différenciées. Il est à la fois le trait d’union entre les deux continents européen et africain sur les plans économiques, financiers et de mobilité des biens et des personnes, le dénominateur commun entre une Afrique arabe à travers le Maghreb , et enfin, le carrefour et la source de l’Islam sunnite, tolérant et qui a démontré sa résilience face aux radicalismes religieux et à son modèle réussit de cohabitation avec le reste des religions monothéistes. Enfin, la réponse quant à la stratégie de convergence, avec la garantie d’un gagnant gagnant pour l’Afrique, se structure autour de signaux tangibles, à portée humaine, émis par le Maroc en facilitant la libre circulation des ressortissants des pays partenaires et la régularisation administrative de milliers de ressortant en provenance de ces pays.

La présence significative des entreprises marocaines en Afrique, son rôle de catalyseur de la mobilité intercontinentale par sa compagnie aérienne, sa participation financière et stratégique dans la finance, les Télécoms, la construction des infrastructures, la croissance urbaine et le transfert d’un modèle de développement humain (INDH) au pays cible sont autant d’éléments qui réconfortent son éligibilité au rôle de locomotive de la coopération Sud Sud en Afrique. Un modèle cher aux disciples de la tricontinentale mais sans sa substance idéologique hostile, jadis, au capitalisme.

A travers la coopération Sud-Sud, l’Afrique peut se fédérer, trouver son chemin vers le développement, s’af- franchir de la dépendance vis-à-vis de l’Europe, se prémunir contre le nouvel impérialisme chinois, réhabiliter son image désastreuse dans le monde et, enfin, réaliser les rêves des grands leaders africains qui se sont battus contre l’oppresseur. Des grands Hommes africains, tels Feus Mohamed V, Ben Barka, Mandela, Touré, Lumumba qui ont tant rêvé d’une Afrique stable, prospère et capable de marcher sans s’appuyer sur des béquilles tordues , en l’occurrence, l’aide internationale et/ou la providence de l’hémisphère nord.

Youssef Chiheb Universitaire-Ecrivain

 

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *