NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
May 20, 2024
DEPECHES

Journée mondiale de la Presse/ Désinformation sur le COVID-19 Le SG de l’ONU salue le travail des journalistes

  • mai 4, 2020
  • 2 min read
  • 828 Views
Journée mondiale de la Presse/ Désinformation sur le COVID-19 Le SG de l’ONU salue le travail des journalistes

A l’occasion de la 27e la Journée mondiale de la liberté de la presse, le Secrétaire général de l’ONU a exhorté les gouvernements à protéger les journalistes et les autres personnes travaillant dans les médias et à respecter la liberté de la presse. Tout en saluant « celles et ceux qui sauvent des vies en informant sur la santé publique », il appelle à une plus grande protection des journalistes qui fournissent « le remède » à la pandémie de désinformation entourant la crise du COVID-19.

Le SG de l’ONU souligne le rôle crucial des médias pour aider les gens à prendre des décisions éclairées. Ces derniers mois, les médias indépendants ont été « un levier essentiel pour l’information du public » relève David Kaye, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression.

Dans les circonstances actuelles, ces décisions peuvent faire la différence entre la vie et la mort. Dans son message pour la Journée de la liberté de la presse, le chef de l’ONU a remercié les médias « qui nous apportent faits et éclairages, qui tiennent les dirigeants, tous secteurs confondus, comptables de leurs actes, et qui savent exprimer les vérités qui dérangent ».

« Et nous appelons les gouvernements à protéger les professionnels des médias et à renforcer et protéger cette liberté de la presse indispensable pour un avenir de paix, de justice et de respect universel des droits humains », conclu Antonio Guterres.

Dans plusieurs pays, en effet, le choc psychologique du coronavirus est utilisé pour faire passer des lois qui n’auraient pas dû se faire en temps normal. Par ailleurs, quand bien même l’information est relayée, des

journalistes sont victimes de répressions. « La criminalisation du journalisme doit cesser. Cela peut commencer par la libération immédiate des journalistes » David Kaye, le Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *