NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
June 2, 2023
SECURITE

La Côte d’Ivoire perd 12 soldats dans une attaque au Nord : Hamed Bakayoko, Ministre de la Défense, dénonce « une attaque terroriste ».

  • juin 11, 2020
  • 3 min read
  • 52 Views
La Côte d’Ivoire perd 12 soldats dans une attaque au Nord : Hamed Bakayoko, Ministre de la Défense, dénonce «  une attaque terroriste ».

Dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 juin 2020 une douzaine de militaires ivoiriens ont perdu la vie après avoir été surpris par une attaque d’individus non identifiés. L’attaque qui a eu lieu aux environs de 3h du matin s’est déroulée dans le nord-est du pays. Pour le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense Hamed Bakayoko, l’Etat ivoirien ripostera vigoureusement à cette attaque qu’il a qualifiée de « terroriste ».

Le Chef d’Etat-Major Général de l’armée ivoirienne, le Général de Corps d’Armée Lassina Doumbia a annoncé dans un communiqué le jeudi 11 juin qu’une position de l’armée situé à 140 km de Ferkessédougou, dans le nord-est, a subi une attaque qui a coûté la vie à une douzaine de soldats. Il a dénombré 6 blessés parmi ses hommes et un des assaillants neutralisé.

A Abidjan, le ministre d’Etat, Ministre de la Défense Hamed Bakayoko a accueilli en personne les militaires blessés à la Base Aérienne d’Abidjan. Sur place, il a donné ses sentiments à chaud. Pour lui, il n’y a aucun doute. «  C’est une attaque terroriste » a-t-il dénoncé. Sur le théâtre des opérations, il a annoncé qu’un ratissage était en cours et que l’Etat ivoirien s’organisait «  pour faire face ».

Pourtant, les autorités ivoiriennes étaient conscientes du danger et des mouvements suspects d’individus dans cette partie de la Côte d’Ivoire.

C’est ce qu’a confirmé le Ministre Bakayoko en indiquant «  qu’on avait des informations sur cette menace des narcotrafiquants et  alliées aux narcotrafiquants pour avoir une zone portuaire »

En effet, le mois dernier, précisément le 14 mai, une opération antiterroriste dénommée « Comoé », (nom du fleuve qui sépare le Burkina et la Côte d’Ivoire) avait été menée par les armées des deux pays.

Il s’agissait justement d’anéantir l’installation d’un groupe terroriste qui prenait ses quartiers dans la zone où l’attaque qui a coûté la vie aux soldats ivoiriens a eu lieu. Cette cellule djihadiste affiliée au terroriste malien Amadou Koufa a certes été affaiblie par l’opération commando mais n’a pas été anéantie.

Pour cause, une fuite organisée par un militaire de haut rang au sein de l’armée ivoirienne a permis à plusieurs terroristes de se disperser dans la nature avec leurs armes. Est-ce ces hommes qui ont menée cet assaut en guise de représailles contre l’armée ivoirienne. L’enquête ouverte permettra d’en savoir davantage a indiqué le Ministre d’Etat, Ministre de la Défense Hamed Bakayoko.

Depuis 2016, avec l’attaque terroriste de Grand-Bassam (ville balnéaire et  qui avait fait une vingtaine de morts, c’est la deuxième fois que la Côte d’Ivoire subit une attaque de la même nature avec un bilan cette fois-ci lourd au niveau des Forces Armées de Côte d’Ivoire. Rassurant, M. Bakayoko a affirmé que dans les jours à venir «  vous allez voir dans les jours qui viennent la réponse  qui sera à la mesure de cette attaque ».

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *