NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 14, 2024
SANTE

Lutte contre le sida La campagne « Naître libre pour briller »

  • décembre 19, 2018
  • 4 min read
  • 316 Views
Lutte contre le sida La campagne « Naître libre pour briller »

Lutte contre le sida La campagne « Naître libre pour briller » vulgarisée par les Premières dames d’Afrique

Les épouses des chefs d’Etat africain, à travers l’Organisation des Premières dames d’Afrique contre le sida (Opdas), se sont réunies, le 24 septembre 2018, à New York, en marge de la 73e Assemblée Générale des Nations unies pour mettre en place des stratégies visant à aider les femmes enceintes et allaitantes africaines séropositives à éviter la transmission du VIH à leurs bébés.

Engagée depuis plusieurs années dans la lutte contre le sida dans son pays, l’épouse du chef de l’Etat congolais, Antoinette Sassou N’Guesso, présidente de la Fondation Congo Assistance, a rehaussé de sa présence à la 21ème Assemblée générale de l’Opdas sur le thème « Naître libre pour briller : partenariat mondial pour l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant en Afrique ». La campagne « Naître libre pour briller », a été lancée en janvier 2017 par l’Union africaine et l’Opdas, avec comme objectifs, la sensibilisation à l’épidémie du VIH chez les enfants et les mères ; la nécessité d’éliminer les obstacles qui empêchent les femmes et les enfants de s’engager dans des services de santé. Cette campagne est soutenue par des organisations telles que l’Onusida, l’Unicef, l’OMS, EGPAF, Abbotte et Aids accountability international qui encouragent des efforts pour mettre fin au sida.

À travers cette initiative, les Premières dames estiment que des efforts et des investissements concertés pourraient aboutir à mettre fin à cette pandémie en tant que menace pour la santé publique d’ici à 2030. Lors de cette 73e Assemblée générale des Nations-Unies, l’Union africaine et l’Opdas ont cherché à mobiliser des ressources pour permettre aux premières dames de quarante-deux pays africains de lancer la campagne au niveau national. Ce qui permettra de collecter de Fonds qui permettront aux Premières dames de mettre en œuvre des activités visant à accroître l’accès au traitement chez les femmes enceintes et allaitantes en Afrique. Selon les statistiques données par la coordination de l’Opdas Congo, « sur les 1,8 million d’enfants vivant avec le VIH dans le monde, 1,7million se trouvent en Afrique et les ripostes au VIH en Afrique occidentale et centrale continuent d’être en retard par rapport au reste de l’Afrique subsaharienne ». Séance de travail Dans l’optique de matérialiser cette initiative, un petit déjeuner de travail visant à mobiliser des ressources pour lancer la campagne « Naître libre pour briller » et à créer un espace d’échange avec les bailleurs de fonds potentiels a eu lieu.

Ensuite, à tour de rôle, les Premières dames des différents pays africains se sont succédés à la tribune pour partager leurs initiatives, en mettant l’accent sur des projets visant à améliorer le traitement chez les femmes enceintes et allaitantes atteintes du VIH. Deux jeunes femmes, apparemment en bonne santé, ont donné leur témoignage et expliqué leur vie de séropositives devant un public abasourdi. De son côté, Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida, a féliciter et encourager les Premières dames à redoubler d’effort afin de vaincre cette pandémie dévastatrice d’ici à 2030. Pour édifier davantage le public sur les actions menées au Congo dans la mise en œuvre du programme de transmission du virus de la mère à l’enfant, un film documentaire sur l’action de la Première dame du Congo, Antoinette Sassou N’Guesso, a été projeté, avec en toile de fond, le témoignage pathétique de Valérie Maba, une jeune femme séropositive ayant donné naissance à deux enfants séronégatifs grâce à la PTME.

Le film a fait sensation car il a été commenté, non pas par un journaliste mais plutôt par elle-même, l’épouse du chef de l’Etat. À l’issue de la cérémonie, les partenaires de longue date de l’Opdas tels que IPPE, Abbott, China Africa business council, EGPAF, le Fonds mondial ont reçu des certificats de reconnaissance des mains des premières dames engagées depuis des années dans la lutte contre le VIH/sida. Parmi elles, l’épouse du chef de l’Etat congolais, Antoinette Sassou N’Guesso.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *