NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
June 24, 2024
Environment

Cameroun : rencontre internationale sur les minéraux critiques.

  • mai 18, 2024
  • 4 min read
  • 128 Views
Cameroun : rencontre internationale sur les minéraux critiques.

Du 22 au 24 mai 2024, le Cameroun va abriter la Conférence internationale des ministres des Mines d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (CIMEC).

C’est un rendez-vous pour discuter de la problématique du traitement des minéraux critiques qui va réunir une soixantaine de ministres de l’Industrie des pays ACP dans la capitale camerounaise pendant 3 jours dans ce mois de mai 2024.

Les travaux  placés sous le très haut patronage du président de la République S.E Paul Biya auront pour temps forts, la réunion du conseil des ministres des mines des pays membres de l’Organisation Afrique-Caraïbe et Pacifique (ACP) ,et une soixantaine de ministres étrangers membres de l’OEACP qui décideront avec  l’UE sur les minéraux critiques nécessaires à la  transition énergétique. Ils s’articuleront autour du thème : « La transition du potentiel géologique à la mise en production  des gisements miniers, comme moyen de renforcer la croissance économique dans la sous-région ».L’objectif est de faire de Yaoundé le nouveau centre des négociations financières des projets miniers. Mais la principale question qui sera débattue est celle de savoir s’il faut traiter les minéraux sur place en Afrique ou poursuivre les exportations à destination  des États de l’Union européenne.

Il ambitionne d’être l’un des événements miniers les plus importants de l’Afrique centrale, au même rang que l’Africa Mining Indaba, la plus grande conférence minière du continent et le PDAC (Prospectors and Developers Association of Canada) de Toronto, la première convention mondiale sur l’exploration et l’exploitation minières. Auparavant  autrefois baptisé  Conférence internationale des mines et exhibition du Cameroun, il  a été rebaptisé dans la perspective de faire du Cameroun l’optique de faire du Cameroun« une terre d’accueil et une plateforme d’échanges [et] de négociations de référence internationale dans le secteur minier » .Le Cimec 2024 qui s’ouvre mardi prochain se tiendra  au moment où le Cameroun  a  entamé ses premières exportations de fer.

Inverser la tendance !

La rencontre en préparation  servira ainsi de tribune pour dévoiler  « le nouveau statut du Cameroun comme pays producteur minier ». Les autorités en profiteront pour vanter le fort potentiel minier du Cameroun encore sous-exploité, et d’attirer les investissements étrangers directs. Raison pour le MINIMIDT de lancer un vibrant appel aux institutions financières, aux plateformes boursières, aux banques, aux assureurs et aux avocats « afin qu’ils s’impliquent pleinement à l’industrie minière au Cameroun afin de permettre aux sociétés minières de lever les fonds sur les plateformes financières servant à couvrir les risques encourus ».

Rappelons que le Cameroun Afrique en miniature dispose de gisements de minerai de fer, de bauxite, de diamants, de calcaire, de rutile et de cobalt nickel. Avec autant de richesses, l’apport du secteur minier (hors pétrole) dans le PIB reste toujours négligeable, soit moins de 1%. Et ce n’est pas tout. Le Cameroun brille par son absence lorsqu’il faut évoquer les grands États miniers africains. Le Cameroun est engagé à inverser la tendance au regard des  préparatifs de cet événement  qui s’accélèrent au Ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, sous la conduite du ministre par intérim Fuh Calixtus.Il convient de rappeler que les minéraux critiques, également connus sous le nom de terres rares, sont des ressources minérales essentielles utilisées par les  industries de haute technologie dans la fabrication de produits variés : les smartphones,  les véhicules électriques, les éoliennes, les panneaux solaires et bien d’autres.

D’où l’importance de la  rencontre du CIMEC 2024  qui sera l’occasion pour les ministres des Mines des pays ACP d’échanger leurs expériences, de partager les meilleures pratiques et d’explorer les possibilités de renforcer la coopération régionale dans le domaine des minéraux critiques. Ils se pencheront également sur les aspects techniques, économiques, environnementaux et sociaux liés au traitement de ces minéraux.

Joseph Kapo

About Author

Ferdinand Gade