NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
July 20, 2024
SANTE

JOURNEE MONDIALE DU PALUDISME: LANCEMENT DE LA CAMPAGNE « ZÉRO PALU ! JE M’ENGAGE »

  • avril 26, 2020
  • 3 min read
  • 361 Views
JOURNEE MONDIALE DU PALUDISME: LANCEMENT DE LA CAMPAGNE « ZÉRO PALU ! JE M’ENGAGE »

Le paludisme, cette maladie qui peut être évitée menace la moitié de la population mondiale. Elle demeure la cause principale des décès en Afrique et continue de tuer un enfant toutes les deux minutes. Il est de ce fait urgent d’agir de réactiver l’action mondiale. L’évènement se célèbre dans un contexte de crise. La relation présente entre l’OMS et certains Etats membres y inclus l’opinion publique n’est pas au beau fixe en raison du COVID-19 et des défis qui y sont liés.

Selon les experts en santé pulique, l’Afrique, du fait de la pauvrete, concentre 91 % des 445 000 décès annuels dus au paludisme et 90 % des 219 million de part le monde. Entre 2000 et 2014, il y aurait eu une baisse du nombre de décès des suites de paludisme soit 40 % au niveau mondial. En effet, l’on est passé de 743 000 à 446 000 selon ces mêmes estimations. En 2019, ce sont 19 pays d’Afrique subsaharienne plus l’Inde qui auraient concentré autour de 85 % du nombre total de cas de malaria dans le monde. De ces chiffres, 6 pays, à eux seuls, enregistrraient plus de la moitié des cas. On cite: la Côte d’Ivoire, le Mozambique et le Niger (4 % chacun) suivis de l’Ouganda (5 %), la RDC (12 %) et en tête le Nigéria (25 %).

A l’occasion de cette 13ième Journée mondiale de lutte contre le paludisme 2020, l’OMS s’est associé au Partenariat RBM (Roll Back Malaria – Pour en finir avec le Paludisme) afin de promouvoir la campagne « Zéro Palu ! Je m’engage ». Cette initiative de terrain a trois objectifs principaux: maintenir le paludisme comme une priorité politique, mobiliser des ressources supplémentaires et enfin, donner aux communautés les moyens de prendre en main la prévention et la prise en charge de la maladie. La campagne devrait pouvoir mobiliser l’ensemble des membres de la société. Cependant, l’un des défis du moment reste cette divergence d’opinion sur les rôles et missions de l’OMS suite à la gestion de la pandémie du Coronavirus.

Toutefois, la lutte contre le paludisme continuera de requerir les actions des dirigeants politiques tant ils incarnent la décision politique et ordonnent les budgets publics; le secteur privé du fait de l’utilisation d’une main-d’œuvre en bonne santé; puis enfin les communautés qui sont non seulement les premières touchées par le paludisme mais aussi la composante essentielle dont l’adhésion aux programmes de lutte contre la maladie demeure capitale pour en assurer la réussite.

Note: “Le paludisme est une maladie provoquée par des parasites du genre Plasmodium. Le paludisme est transmis à l’homme par la piqûre d’un moustique femelle, du genre Anopheles, lui-même infecté après avoir piqué un homme impaludé: la femelle, en prenant le repas de sang nécessaire à sa ponte, injecte le parasite à son hôte. La situation est d’autant plus préoccupante que depuis plusieurs années les parasites développent des résistances aux molécules antipaludiques et les moustiques craignent de moins en moins les insecticides. Aujourd’hui, aucun vaccin n’est disponible.” www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/paludisme

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *