NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
May 22, 2024
POLITIQUE

Sanctions économiques sur le Mali/ La CEDEAO lâche du lest

  • octobre 8, 2020
  • 3 min read
  • 261 Views
Sanctions économiques sur le Mali/ La CEDEAO lâche du lest

Prenant acte des évolutions vers une transition essentiellement civile, les chefs d’Etats et de gouvernement de la Cedeao ont décidé de la levée des sanctions qui époumonaient le Mali.

Il aura fallu 8 jours ! Dans une déclaration du 5 octobre 2020, les chefs d’Etat et de gouvernement de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) ont levé les sanctions sur les flux économiques et financiers qui pesaient sur le Mali depuis le 20 août 2020.

La décision des chefs d’Etat signée du président en exercice, le ghanéen Nana Akuffo Ado, repose sur les « avancées vers la normalisation constitutionnelle » que sont : la nomination et l’investiture du président de la transition, Bah N’daw ; la désignation par ce dernier du premier ministre de la transition, Moctar Ouane, un civil ; la publication de la charte de la transition qui intègre des volontés des autorités de la Cedeao notamment les responsabilités du vi-président de la transition (chargée de la sécurité et de la défense) ; le retrait des dispositions permettant à ce dernier de remplacer le président de la transition ; la durée de la transition fixée à 18 mois.

Toutes ces mutations semblent donc avoir suffisamment convaincu les chefs d’Etat de la Cedeao qui disent « soutenir ce processus ». Bien plus, ils « appellent tous les partenaires bilatéraux et multilatéraux à soutenir le Mali ».

Conditions à satisfaire

Malgré le satisfecit qui semble se lire dans ces évolutions heureuses, la Cedeao demeure très regardante sur des mesures non encore exécutées. Il s’agit de la nomination d’un gouvernement de transition à grande majorité civile. En sus, « les chefs d’Etat et de gouvernement demandent aux nouvelles autorités de la transition de mettre en œuvre rapidement les autres décisions du sommet, en particulier la libération de tous les officiels militaires et civils arrêtés depuis le 18 août 2020 et la dissolution du comité national du salut du peuple (CNSP) ».

La Cedeao sera autant attentive que focalisée sur ces derniers aspects comme elle a été sur les éléments qui ont déjà trouvé des réponses, confie le président de la commission.

Pour l’heure, les opérateurs économiques et les maliens de tout peuvent déjà se réjouir du desserrement de l’étau. La levée des sanctions asphyxiantes sur les flux économiques et financiers en direction du Mali permettra au pays de se reconnecter à l’économie internationale. Le Mali est un pays de l’hinterland, sans littoral (ouverture sur la mer) et dépendant des ports du Sénégal, de Guinée et de Côte d’Ivoire. Les sanctions ont été prises le 20 août, deux jours après le coup d’Etat perpétré contre le régime du président Ibrahim Boubacar Keita.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *