NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 21, 2024

NIGERIA: 14 COUPEURS BOIS TUÉS PAR BOKO HARAM DANS LE NORD-EST

  • mai 1, 2019
  • 2 min read
  • 92 Views

Quatorze hommes partis collecter du bois de chauffe ont été tués par des jihadistes de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, ont affirmé mardi à l’AFP des miliciens et des habitants. Leurs corps ont été retrouvés au village de Duwabayi, proche de la ville de Monguno (Etat du Borno) où l’armée nigériane possède une base militaire.”Les corps des 14 hommes ont été évuacués au poste de police de Monguno après que des témoins aient fait un signalement” a expliqué un responsable de milice engagée aux côtés de l’armée contre Boko Haram.Le village de Duwabayi s’était vidé de ses habitants l’an dernier, ces derniers ayant fui l’insécurité pour se réfugier dans un camp de déplacés à Monguno.”Quatorze cadavres ont été amenés ce soir à Monguno et les gens se sont rendus au poste de police afin de les identifier”, a affirmé un habitant, Kulo Gana, précisant que les corps portant des impacts de balles.Les coupeurs de bois faisaient partie des milliers de déplacés qui continuent à s’entasser dans un camp de déplacés de la ville. Ils sont nombreux à vivre dans des camps informels, sans aide humanitaire officielle et se retrouvent obligés d’aller couper du bois de chauffe en brousse pour le revendre et pouvoir acheter de la nourriture.Monguno est située près des rives du lac Tchad, dans une zone attaquée à de nombreuses reprises ces dernières années par les combattants jihadistes.Boko Haram a souvent pris pour cible les agriculteurs, coupeurs de bois et éleveurs, les accusant de faire du renseignement pour le compte de l’armée nigériane qui tente difficilement de mettre fin à l’insurrection.Le conflit a fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de déplacés depuis 10 ans dans le nord-est du pays.Lundi soir, le groupe jihadiste a tué 21 personnes dans un village de l’Etat voisin d’Adamawa, lors d’une attaque nocturne où de nombreuses maisons ont également été incendiées.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine