NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 14, 2024
DEPECHES

TOGO / Mort de Edem Kodjo à Paris

  • avril 14, 2020
  • 4 min read
  • 283 Views
TOGO / Mort de Edem Kodjo à Paris

Qui était l’ancien Secrétaire Général de l’OUA ?

L’Afrique n’en finit pas de compter ses morts illustres en cette période triste de la pandémie du Coronavirus. Alors qu’elle n’a pas fini de pleurer Aurlus Mabele, Pape Diouf, Manu Dibango, voilà que le monde politique africain est frappé par le décès à Paris de Son Excellence Edem Kodjo. Qui était l’homme qui s’est éteint à 82 ans ?

Edem Kodjo, ancien premier ministre togolais et ancien Secrétaire Général de l’OUA est décédé le samedi 11 avril 2020 à Paris à l’âge de 82 ans. C’est une grande perte pour l’Afrique tant l’homme a été au cœur des grands changements qui se sont opérés sur le continent depuis les années 70.

Né en 1938, Edem Kodjo a d’abord marqué l’histoire de son pays le Togo où il a eu à occuper le poste de Premier ministre togolais. Edem Kodjo a marqué la vie du Togo pendant plusieurs années. Avant cet homme qui fut un collaborateur étroit du président Gnassingbé Eyadema dans les années 1970, aura a été l’un des hauts dirigeants du Rassemblement du peuple togolais (RPT), à l’époque de la négation du multipartisme dans de nombreux pays africains.

Revenu au pays en 1967, après de brillantes études en droit et en économie en France, il est nommé secrétaire général du ministère de l’Économie et des Finances. Il devient aussi directeur de la Société Nationale d’Investissement avant de prendre le ministère de l’Économie du Togo. Ensuite, il prend les rênes de la diplomatie. En tant que ministre des Affaires étrangères, il s’est fait connaitre par l’Afrique et le monde politique. Car l’économiste qu’il était avant déjà ses entrées dans le monde économique. A ce titre, il a été gouverneur du Fonds monétaire international (FMI) de 1967 à 1973.

Vers la fin des années 1970, il n’est plus en odeur de sainteté avec le Président Eyadema dont il dénonce l’autoritarisme. Il est obligé de s’exiler en France. C’est justement à cette époque charnière qu’il prend les rênes de l’organisation panafricaine OUA.

Il préside avec enthousiasme ‘’le Comité des dix’’ de l’Organisation de l’Unité Africaine, une task force qui avait pour mission de travailler activement à la libération des pays africains encore colonisés et des pays dits de la Ligne de front. Secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine de 1978 à 1983, Edem Kodjo demeura néanmoins en exil.

Mais au début des années 1990, Edem Kodjo rentre au Togo et revient sur la scène politique togolaise avec le parti Union togolaise pour la démocratie (UTD). Candidat unique de l’opposition à l’élection présidentielle de 1993, il n’y participera pas, sa candidature ayant été retirée en pleine campagne.

Qu’à cela ne tienne, Edem Kodjo sera quelques mois plus tard Premier ministre de l’ère post-multipartisme du Togo à deux reprises, du 23 avril 1994 au 20 août 1996. A la mort du Président Eyadema en 2005, il retrouvera la Primature jusqu’au 20 septembre 2006.

Toute cette activité politique n’a pas empêché l’homme de se livrer à l’une de ses passions : l’écriture. En la matière, voici un florilège d’ouvrages juridiques, économiques et littéraires, qu’Edem Kodjo laisse à la postérité. Et demain l’Afrique, Paris, Stock, 1985 (Grand Prix littéraire de l’Afrique Noire, hors concours) ; L’Occident du déclin au défi, Paris, Stock, 1988 ; Africa Today, Accra, Ghana University Press, 1989 ; Au commencement était le glaive, Paris, Éditions de la Table ronde, 2004 ; Les Pères de l’Église, Lomé, Éditions St Augustin, 2008 ; Lettre ouverte à l’Afrique cinquantenaire, Paris, Gallimard, 2010

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *