NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 22, 2024
ECONOMIE

Afrique: Contre les effets de la COVID-19 sur les économies Des ministres des Finances lancent encore un appel

  • mai 26, 2020
  • 6 min read
  • 250 Views
Afrique: Contre les effets de la COVID-19 sur les économies Des ministres des Finances lancent encore un appel

Dans une Déclaration cosignée par les ministres des finances et / ou les ministres du développement de l’Angola,  du Cameroun, de Djibouti,  de l’Égypte, de  l’Éthiopie, de la Gambie,  du Ghana, du Kenya, du  Mali,  de la Namibie, du  Niger, du Sénégal, de Seychelles, de la Sierra Leone et de la Tunisie, l’Afrique évoque la nécessité de disposer urgemment de liquidités pour juguler les effets de la COVID-19 sur les économies fragiles des différents pasNous vous proposons cette déclaration dans son entièreté

Alors que la tempête pandémique du Coronavirus se propage à travers le monde, en Afrique, elle laisse de nombreuses économies qui fonctionnent très bien depuis plusieurs années en chute libre. 

Le FMI prévoit que la croissance mondiale se contractera de -3,0%, les pays développés supportant le poids de cette contraction au double de la moyenne mondiale à -6,1%. L’économie mondiale est en dépression et des mesures audacieuses dans tous les domaines sont nécessaires pour soutenir un retour à la croissance. 

Les économies africaines ne sont pas seulement touchées par les conséquences de la pandémie, tous les secteurs productifs – y compris le tourisme qui fournit des recettes fiscales et des devises fortes à de nombreux pays et emploie des millions de personnes – souffrent. L’effondrement des prix des produits de base et des envois de fonds a encore aggravé la situation de nombreux pays dont les réserves s’épuisent rapidement. 

La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique prévoit que la croissance dans toute l’Afrique en 2020 se contractera de -1,8% et qu’environ 28 millions de personnes supplémentaires tomberont dans la pauvreté tandis que le chômage augmentera de 40% supplémentaires. 

Avec des économies en chute libre, l’Afrique a besoin de liquidités maintenant! 

Les conséquences sur les économies seront graves, les moyens de subsistance à travers le continent seront détruits et la cohésion sociale menacée si suffisamment de moyens et de politiques ne sont pas mis en place d’urgence pour planifier et répondre à ces pressions de manière coordonnée. 

Le défi pour les décideurs politiques sur le continent aujourd’hui est de minimiser l’impact immédiat de la dépression et de commencer à semer les graines de la croissance. Cela nécessitera des actions nationales rapides complétées par le soutien de la communauté internationale. 

Répondre aux besoins de liquidité des pays africains 

Les gouvernements ont besoin de liquidités et ils en ont besoin maintenant. Les pays africains ont lancé des politiques d’auto-assistance pour gérer la crise. Les mesures comprennent la résolution des problèmes de santé, la réduction de l’impact sur les familles vulnérables avec des filets de sécurité sociale supplémentaires, des exonérations fiscales ou des exonérations pour les entreprises, ainsi que des mécanismes de financement bon marché pour les entreprises touchées, y compris les PME. Les banques centrales africaines ont pris des mesures pour accroître la liquidité et faciliter les moratoires ou la restructuration des prêts aux entreprises et aux particuliers. 

Des plans de relance abondants ont déjà été lancés par les gouvernements, représentant en moyenne 2 à 10% du PIB dans de nombreux pays, de l’Égypte à l’Afrique du Sud, du Sénégal à Djibouti. Ces mesures de relance budgétaire, dans un environnement de blocage économique – où aucun revenu supplémentaire n’est collecté – exercent une pression indue sur des budgets déjà étendus. 

Par conséquent, les gouvernements doivent mobiliser d’énormes ressources nouvelles et supplémentaires auprès de partenaires multilatéraux, bilatéraux et commerciaux. 

D’où la nécessité d’un arrêt du service de la dette pendant deux ans jusqu’à ce que toute l’étendue de la pandémie et de la dépression soit pleinement comprise. Aucun pays ne doit être obligé de choisir entre sauver des vies ou rembourser des dettes

Avant la crise, de nombreux gouvernements se concentraient sur des actions essentielles pour bâtir des sociétés prospères en améliorant les services d’infrastructure, l’énergie, la connectivité, la technologie et l’éducation. 

Au cours de la décennie précédente, l’accès à l’énergie est passé d’environ 30% à 70% au Kenya, au Sénégal et en Côte d’Ivoire, par exemple. Le rail Djibouti – Éthiopie a amélioré la connectivité dans la Corne de l’Afrique, tout comme le pont de la Sénégambie. Du port de Mombasa au Kenya au port de Lomé au Bénin et au port de Tema au Ghana, l’activité portuaire a doublé avec la reprise de l’activité économique à travers le continent. 

Le blocage de la dette bilatérale est une première étape, il faudra en faire plus 

Les ministres des finances africains ont appelé à des mesures de relance budgétaire de 100 milliards de dollars, le FMI a déjà étendu l’allégement de la dette aux 17 pays à faible revenu du continent et, par le biais d’autres mécanismes, a déboursé plus de 17 milliards de dollars en fonds d’urgence aux pays pour lutter contre la pandémie de Covid-19. 

Le G20 a approuvé un arrêt de 9 mois sur la dette bilatérale de certains pays émergents jusqu’à la fin de 2020, et c’est un bon début. 

Mais nous devons aller plus loin, comme l’ont demandé les ministres, et inclure 2021 au statu quo, car il est peu probable que les économies soient entièrement sur la bonne voie l’année prochaine. 

Pour être pleinement efficace, cette offre de statu quo doit être précisée et améliorée à bien des égards. Pour faire écho aux appels de plusieurs dirigeants africains et internationaux, une annulation de la dette publique de certains pays sera nécessaire. Il est nécessaire d’ouvrir sans délai des négociations bilatérales et au cas par cas. 

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *