NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
June 24, 2024
ECONOMIE

Cameroun : Valorisation du Cacao.

  • juin 3, 2024
  • 5 min read
  • 140 Views
Cameroun : Valorisation du Cacao.

Le pays de Paul Biya aura bientôt sa première Chocolaterie de Chocolat Rouge.

Plusieurs personnalités ont honoré de leur présence à la cérémonie de  pose de la première pierre de la Chocolaterie de Chocolat Rouge le 31 mai 2024 dernier dans la localité d’Obala dans la région du Centre du Cameroun. La cérémonie est présidée par le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana.

Parmi celles -ci le ministre de l’Agriculture et du Développement rural Gabriel Mbairobe ,Michel Arrion directeur exécutif de l’Organisation Internationale du Cacao (ICCO),les responsables de l’interprofession café -cacao, la délégation de la Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France, les opérateurs économiques ,les producteurs et transformateurs, des investisseurs, des militants et militants du RDPC…La cérémonie était organisée en marge  de la première édition du « Cacao and Coffee festival » du 29-31 mai 2024 à l’hôtel de ville de Yaoundé par le Conseil Interprofessionnel du Cacao et du Café (CICC) et le ministère du Commerce. Précisons que la construction de  la présente chocolaterie, âpres d’autres faits d’armes résulte  de l’attrait mené par  Aristide Tchemtchoua, présidente de la SCOOPS CA, en qualité de trait d’union entre la Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France  et le Cameroun. Celle qualifiée par le Mincommerce de l’une des pionnières du renouveau de la fève camerounaise sur le marché international.

Rappelons que la relation entre le Gouvernement Camerounais et la Confédération des Chocolatiers et Confiseurs de France a débuté le 14 août 2017,avec la première visite officielle d’une délégation de Chocolatiers de ladite Confédération au Cameroun, ce qui s’est poursuivi le 7 novembre 2017 par la signature d’un Protocole d’Accord, portant  sur l’amélioration qualitative et gustative du cacao du Cameroun en vue de sa valorisation sur le marché international en droite ligne des prescriptions du président de la République ,Chef de l’Etat S.E Paul Biya, relatives à la politique d’Import-Substitution et à la valorisation de nos produits sur les marchés à l’exportation. Selon le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana, « A travers cette Chocolaterie, les consommateurs Camerounais auront le privilège d’être les premiers consommateurs de ce chocolat haut de gamme « Made in Cameroon », parallèlement aux autres marchés, tant au niveau régional, dans le cadre de la  Zone de Libre Echange Continentale Africaine qu’au niveau international ».

Le membre du Gouvernement ajoutera  qu’ « Il s’agit là d’une véritable rupture, sinon d’une révolution, qui fait sortir notre pays du statut de simple exportateur de produits primaires et semi-finis, à celui d’exportateur de produits finis, qui est haut de gamme…Vous avez fait un bon choix, le Cameroun étant considéré comme une opportunité hors risque. Ce qui se fait à Obala, qui vaut au département de la Lékié le statut de précurseur et de pionnier, doit pouvoir s’étendre à d’autres bassins de production, en droite ligne de la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030,qui pose pour principe de base la transformation structurelle de notre économie, à travers la valorisation de nos produits ». Olivier Bordais le promoteur -président de la société  SAS MANTA révèle: « Le cacao du Cameroun, c’est une aubaine que vous avez. Nous allons commencer par une centaine de tonnes. On va monter  en puissance au fur et à mesures, le montant d’investissement c’est environ un million et demi d’euros. C’est possible qu’on va agrandir le bâtiment. On a des cacaoculteurs avec de la belle fève. On a déjà beaucoup de demande, c’est une très belle perspective ».

Jean Paul Hevin  chocolatier français abonde dans le même sens : « je suis très content, c’est très positif. On a une petite histoire pour le cacao camerounais surtout, il ne faut pas tricher pour faire de la qualité.  Je conseille de faire attention, de travailler traditionnellement pour avoir un cacao traçable qui peut être bien vendu en Europe ». D’après Aristide Tchemtchoua présidente de la SCOOPS CA, « C’est une fierté pour moi  d’accueillir cette cérémonie. C’est l’aboutissement d’un rêve. On a commencé par la fève de  cacao il y a huit ans aujourd’hui. Avec cette relation, j’ai dit pourquoi ne pas faire quelque chose. C’est un projet qui va de bout en bout, qui va créer des emplois dans la lekié pour les jeunes .je dis toujours à mes jeunes de manger en pensant à l’avenir, d’être humbles, de  commencer tout petit et de grandir ».

Joseph Kapo

About Author

Ferdinand Gade