NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 21, 2024
COOPERATION

Echanges intra-africains en période de COVID-19: La CEA propose de fusionner les procédures transfrontalières

  • septembre 16, 2020
  • 3 min read
  • 280 Views
Echanges intra-africains en période de COVID-19: La CEA propose de fusionner les procédures transfrontalières

Dans un rapport présenté par visioconférence le 10 septembre dernier, l’institution onusienne dirigée par la camerounaise Vera Songwe, recommande la mise en application d’un modèle unique à l’échelle continentale des formalités du commerce transfrontalier.

Pour éviter la diffusion transfrontalière de la maladie à coronavirus, les pays africains ont pris des mesures restrictions à leurs frontières. 38 des 54 pays d’Afrique ont annoncé la fermeture, sous une forme ou une autre, de leurs frontières terrestres et 17 pays ont annoncé la fermeture de leurs frontières maritimes. Malgré la reprise économique et l’ouverture timide des frontières, plusieurs de ces mesures ont, dans certains cas, été assouplis mais la surveillance transfrontalière reste de mise. On peut évoquer les tests obligatoires, la désinfection des camions, la limitation du nombre de membres d’équipage dans les camions et la désignation d’aires de repos pour les transports en commun.

Ces mesures, salvatrices du point de vue sanitaire, ont eu impact pour le commerce intraafricain. Les données préliminaires de la CNUCED basées sur les statistiques nationales indiquent que les exportations africaines en 2020 ont diminué de 5 % en février, de 16 % en mars et de 32 % en avril. Ce qui veut dire qu’au fur et à mesure que la pandémie progressait et les mesures de containment se durcissait, les exportations intraafricaines dégringolaient.

Optimisation

 Dans un contexte de préparation d’entrée en opérationnalisation de la Zlecaf et de à l’effet de faire jouer aux échanges intraafricains un rôle majeur dans la relance économique post COVID-19, la CEA recommande trois actions majeures :

Un protocole commun COVID-19 de l’Union africaine sur le commerce et le transport est nécessaire pour assurer la coordination.

Il s’agit de fondre les formalités de commerce transfrontalier et d’en établir un modèle unique dans les différentes régions. Ce qui permettrait de rompre le chevauchement des règlementations régionales et nationales.

Un certificat commun de test COVID-19 de l’Union africaine est nécessaire pour les conducteurs de camions et leur équipage.

Cette évolution permettrait d’adopter un protocole de testing rapide unique des transporteurs transfrontaliers. L’objectif étant de réduire le délai d’obtention des résultats des tests et, partant, le temps nécessaire pour obtenir le certificat correspondant.

Des solutions numériques devraient être déployées pour lutter contre la propagation du COVID-19 le long des couloirs commerciaux et favoriser des échanges commerciaux sûrs et efficaces.

La CEA propose la mise en place un système électronique de suivi des cargaisons et la promotion des paiements électroniques qui remplaceront les échanges d’espèces qui sont des sources de risque. Elle invite également les autorités à envisager d’assouplir les exigences qui insistent sur la présentation ou la soumission de certificats ou de documents originaux.

Toutes ces mesures permettront de limiter les contacts physiques et de diminuer le temps de vérification ou de réalisation des formalités.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *