NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 23, 2024
POLITIQUE

Niger : la junte au pouvoir fait monter les enchères

  • août 16, 2023
  • 3 min read
  • 479 Views
Niger : la junte au pouvoir fait monter les enchères

Un maximum de pression sur le président déchu. C’est certainement l’option choisie par la junte militaire au pouvoir au Niger. Les putschistes ont en effet publié un communiqué dans lequel ils affirment vouloir poursuivre en justice Mohammed Bazoum, pour “haute trahison” et “atteinte à la sûreté” du pays.

Face aux menaces qui planent tous azimuts sur leur pouvoir, les putschistes n’entendent guère courber l’échine. Tout au contraire, ils déroulent leur calendrier, quitte à exacerber la colère de la communauté internationale. C’est ainsi que le dimanche dernier, dans un communiqué lu par le colonel-major Amadou Abdramane à la télévision nationale, les putschistes annoncent leur volonté de poursuivre le président déchu, Mohammed Bazoum, pour “haute trahison” et “atteinte à la sûreté” du pays. “Le gouvernement nigérien a réuni à ce jour” les “preuves pour poursuivre devant les instances nationales et internationales compétentes le président déchu et ses complices locaux et étrangers, pour haute trahison et atteinte à la sûreté intérieure et extérieure du Niger”, a déclaré le colonel-major.

Aussitôt, la Cédéao a réagi face à cette nouvelle déclaration des putschistes qui fait sans doute monter la pression. Selon un communiqué de presse signé à Abuja, l’organisation régionale a déclaré que les menaces de poursuites judiciaires contre le président Bazoum pour “haute trahison” constituent une nouvelle “provocation”. Après la colère, les sanctions, la menace d’employer la force, la Cédéao qui a fialement décidé d’y aller par voie diplomatique en vue de préserver la paix, (sans pour autant annuler totalement l’option d’intervenir militairement) se dit narguée.

De son côté, Washington se dit “consterné” par la menace de poursuites contre le président déchu Mohamed Bazoum évoquée par le régime militaire dimanche, estimant que cela ferait monter la tension. “Nous sommes extrêmement consternés par les informations selon lesquelles on rajoute un cran à la détention injuste du président Bazoum”, a déclaré à la presse le porte-parole du département d’État Vedant Patel, ajoutant que cela “ne contribuera certainement pas à une résolution pacifique de cette crise”.

Selon un communiqué, le chef de la diplomatie Antony Blinken s’est entretenu au téléphone avec le président du Nigeria Bola Tinubu, appelant à “maintenir la pression” sur les militaires au pouvoir à Niamey.

About Author

Ferdinand Gade