NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
February 28, 2024
COOPERATION

« Le partenariat entre l’Union Européenne et l’Union Africaine est inégalitaire »

  • février 15, 2014
  • 8 min read
  • 231 Views
« Le partenariat entre l’Union Européenne et l’Union Africaine est inégalitaire »

Hommes d’Afrique: Peut-on vraiment parler de partenariat entre l’Union Africaine et l’union européenne vu l’écart de richesses et puissance entre les deux continents ?
Zakaria-Touré: On peut dire qu’il y a un partenariat. Mais c’est un partenariat inégalitaire, parce qu’au regard des premières conventions qui régissent nos relations, c’étaient plutôt ce qu’on peut appeler des instruments de coopération en vertu desquelles, l’union européenne octroie des facilités commerciales à son partenaire africain qui est faible.

Hommes d’Afrique: Cela fait des siècles que l’Afrique et l’Europe ont des relations. Pourquoi l’écart de développement entre les deux continents persiste ?
Zakaria-Touré: C’est ce que nous avons dit au cours des réunions et de conventions qui ont régi. Et au regard du bilan des relations sur les conventions, la part de l’Afrique dans le commerce a baissé de 7% à 2%. Ensuite, il y a la situation d’économie de rentes des pays africains. La plupart des pays africains, économiquement dépendent de 2 ou 3 produits dont les prix sont fixés à l’étranger. C’est un problème de développement. Les Européens se sont rendu compte de cette situation en 2000. C’est pourquoi on a proposé la convention de Cotonou qui a prévu non seulement de prendre en compte les préférences en matière commerciale, héritier de la convention de Lomé. Mais, elle a prévu un nouveau partenariat avec les APE. Donc, c’est pour corriger cette situation, mais jusqu’à présent on est dans l’impasse parce que les négociations sont bloquées. L’Afrique dit non parce que nous ne sommes pas encore prêts. Nous voulons que ce partenariat à venir soit envisagé sous l’angle de l’industrialisation de l’Afrique.

Hommes d’Afrique: L’Union Africaine est financée, presque en totalité, par l’union européenne de son budget. N’est-ce pas là une forme de relation de dépendance ?
Zakaria-Touré: Oui ! C’est une relation de dépendance qui est perpétuelle depuis des années. Mais ce qui est heureux et important à souligner c’est que cette situation est en train d’être changée. Au cours de cette rencontre, nous avons entendu un membre d’ECPDM qui a dit que jusqu’à présent c’est l’Union européenne qui finance le fonctionnement des institutions de l’Union africaine. Il y a quand même côté un agenda africain par lequel l’Afrique s’engage à prendre ses propres financements, c’est quelque chose de positif.

Hommes d’Afrique: Il y a un intervenant qui a dit toujours au cours de cette réunion, qu’il faut qu’il ait un triangle de souveraineté : avoir la monnaie, l’armée et le droit. Est-ce que les pays Africains sont prêts face à ce défi ?
Zakaria-Touré: Ce que vous dites est vrai ! Mais il y a l’agenda 2063. Dans cet agenda, il est prévu de corriger tous ces aspects, seulement que cet agenda 2063 me paraît en deçà de nos espérances parce que nous souhaitons que les choses aillent plus vite. Je me souviens qu’il y a 4 voire 5 ans qu’un expert français disait que le décollage économique de l’Afrique devrait peut être intervenir vers les années 2043. Mais ce n’est pas grave. C’est un bon « a good Start », un bel élan. Nous sommes en train de prendre de plus en plus les choses en main. L’Afrique est consciente, aujourd’hui, de sa situation et ne veut plus accepter le diktat européen.

Hommes d’Afrique: Est-ce qu’en 2050 l’Afrique pourra faire quelque chose? Pourquoi ne pas présager de deux ou trois ans notre développement?
Zakaria-Touré: La remarque que vous faites est pertinente. Mais quand on fixe 2063, c’est-à-dire que la situation actuelle de l’Afrique ne nous permet pas de nous projeter tout de suite en 2 ou 3 ans. Il faut aller petit à petit en réglant les problèmes. Tout ne doit pas se régler d’un coup. Le développement est multidimensionnel parce que lorsque vous regardez tout est prioritaire en Afrique et par où commencer ? L’éducation, la santé, la défense, la sécurité, tout est prioritaire. Nous pensons que pour une première fois, il faudra bien que les Africains mettent ensemble leurs moyens pour régler les problèmes les plus urgents d’abord. Pare qu’il faut prioriser aussi les prioritaires.

Hommes d’Afrique: Sur quelles valeurs doivent être basées les relations entre l’UA et l’UE ? Parce que l’Afrique a ses valeurs traditionnelles, de même pour les Européens avec la banalisation de l’homosexualité?
Zakaria-Touré: Il faut qu’il ait un minimum de respect l’un envers l’autre. Les valeurs comme l’homosexualité en Afrique, il faut le dire, on n’est pas prêt pour le moment à les accepter. Donc, il faut qu’on fasse preuve de pragmatisme parce que lorsqu’on le met dans l’agenda pour dire que ça fait partie des droits de l’homme, alors comment ça peut aller ? Ça va être difficile à accepter par les Africains. Elle ne fait pas partir de nos valeurs coutumières, religieuses et sociales. Même en Europe vous avez entendu quelqu’un dire que c’est une affaire économique chez les Européens.

Hommes d’Afrique: Le développement est multidimensionnel parce que lorsque vous regardez tout est prioritaire en Afrique et par où commencer ?
Zakaria-Touré: Donc, pourquoi nous imposer ? Il ne faut pas l’imposer. Nous devons baser nos relations sur l’honnêteté et le pragmatisme. C’est ce qui est important. Quand vous savez que votre partenaire n’est pas prêt à accepter une telle disposition, il faut le respect d’opinion. Nos relations ne doivent pas se baser nécessairement sur ces valeurs.

Hommes d’Afrique: Comme le cas de l’Ouganda où on suspend l’aide à cause de la loi contre les homosexuelles…
Zakaria-Touré: Cette décision n’est pas normale ! On ne doit pas suspendre de l’aide pour des raisons culturelles ou des comportements déviants par rapport à nos us et coutumes. Un autre exemple, lorsque le président Obama a effectué son voyage à Dakar, Sénégal, il a demandé à son homologue Macky Sall de reconnaître les droits des homosexuels, mais le président Sall lui a fait savoir que c’était contraire aux valeurs coutumières. Ce qu’il faut savoir c’est qu’il ne faut amener les Africains à accepter pas des choses qui sont étrangères à leur société. Or nous travaillons pour notre société, il faut tracer notre société.

Hommes d’Afrique: Comment le progrès de la Chine influence-t-il l’UA et l’UE ?
Zakaria-Touré: La Chine comme tous les autres pays émergents a une politique, une stratégie pour la conquête de l’Afrique. C’est vrai qu’il y a les raisons économiques, chercher les débouchées pour les matières premières pour leurs marchandises, pour leur croissance. Mais les Asiatiques disent que les Africains sont proches des Européens intellectuellement, mais proches des Asiatiques sociologiquement. Une façon pour eux de dire aux Européens, malgré la distance avec l’Afrique, nous nous connaissons. Ensuite, la Chine aide sans conditionnalités. A titre d’exemple, le siège de l’Union Afrique à Addis-Abeba, la Chine l’a construit gratuitement et a fait don. Ce qui fait que la Chine influence les relations entre l’Afrique et l’Europe. Et maintenant ce qui inquiète les Européens qui mettent la pression sur la Chine sur les questions de droits de l’homme. Ils veulent tisser un partenariat avec la Chine pour gérer ensemble l’Afrique, ce qui n’est pas bien. Il faut garder l’espoir. L’Afrique et l’Europe sont condamnées à vivre ensemble. Notre avenir dépend de ce que nous en faisons. Donc, il faut que nous soyons pragmatiques, honnêtes les uns avec les autres. L’avenir ne peut être radieux que si nous travaillons en tenant compte du contexte dans lequel nous sommes aujourd’hui. L’Afrique est courtisée par d’autres pays tels que les États-unis, la Chine, l’Inde etc. Mais, nous avons aussi des enjeux tels que l’immigration, l’éducation, la santé, le changement climatique, etc. Il faut qu’on travaille sur ces aspects de choses. Parce que tout ce qui touche l’Afrique, touche également l’Europe. C’est un vieux couple.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *