NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
December 7, 2023
SPORT

Le Raja Casablanca tombe au pied du Graal

  • janvier 16, 2014
  • 3 min read
  • 283 Views
Le Raja Casablanca tombe au pied du Graal

MONDIAL DES CLUBS

L a coupe du monde des clubs champions de la FIFA s’est déroulée du 11 au 21 décembre 2013 au Maroc. Invité-surprise de la compétition, le Raja Casablanca s’est hissé en finale avant de s’incliner contre le champion UEFA, le Bayern Munich. Le Raja Casablanca, champion en titre du Maroc représentait le pays organisateur au tournoi qui regroupe les vainqueurs de la ligue des champions de tous les continents. Opposés en quart de finale à l’Auckland City FC, les rajaouis se sont imposés sans grande difficulté (2-1) avant de disposer en demi-finale de l’Atlético Mineiro de l’emblématique Ronaldinho (3-1). Le succès de cette édition, outre une organisation de grande qualité, réside dans cette performance historique du Raja. Seul, Al Ahly du Caire s’était déjà hissé en finale de cette compétition. Le Raja devient donc la deuxième équipe africaine à réaliser cette belle performance. « J’ai cru en mon équipe dès le début du tournoi, car c’est un groupe très talentueux.

Sa prestation face à une redoutable formation brésilienne qui compte de très grands joueurs était excellente à tous les niveaux. Je remercie nos formidables supporters, leur soutien est extrême- ment précieux pour nous », a déclaré Faouzi Benzarti, entraîneur du Raja de Casablanca au sortir de la victoire en demi finale. La réussite de cette 10e édition se justifie, aussi, par l’organisation de haut niveau aussi bien de l’hospitalité et de l’accueil qu’au niveau de la large couverture médiatique et de la présence du public sur les gradins des grands stades d’Agadir et de Marrakech dont les taux de remplissage ont dépassé les 75 %.

Hégémonie contrariée

Depuis 2005, le Mondial des clubs a pris la place de la Coupe intercontinentale (1960-2004). Principale différence, la compétition actuelle réunit les vainqueurs des six confédérations – Copa Libertadores, Ligue des champions de l’UEFA, Ligue des champions de la CAF, Ligue des champions de l’AFC, Ligue des cham- pions de la CONCACAF et Ligue des champions de l’OFC alors que son ancêtre opposait uniquement le gagnant sud-américain à l’Européen.

La compétition est aujourd’hui plus longue et débute en quarts, mais les finales ressemblent fatalement à celles de la Coupe intercontinentale.

Seulement deux fois, en 2010 et en 2013, les équipes africaines ont contrarié cette hégémonie sud-américaine et européenne en se hissant en finale. S’il est vrai que l’attrait de cette compétition est moindre, elle permet, néanmoins aux cham pions des différents continents de se confronter pour jauger leur réel niveau. L’organisation de cette édition et de celle à venir, en 2014, au Maroc est un vrai test pour le pays.

Candidat à l’organisation de la Coupe du Monde 2026, le Royaume espère convaincre la FIFA de sa capacité à organiser des évènements d’envergure internationale. « C’est un vrai test pour le Maroc. Une Coupe du monde des clubs réussie permettra au Maroc de marquer des points et de postuler pour la Coupe du monde une fois que celle-ci fera son retour sur le sol africain. Le Maroc a tous les atouts pour prétendre à l’organisation de l’évènement suprême qui est la Coupe du monde », soulignait Sepp Blatter.

AFO

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *