NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 23, 2024
SANTE

Madagascar-COVID-19 / Appel du ministre de la Santé à la Communauté Internationale: La Présidence de la République le désavoue

  • juillet 27, 2020
  • 4 min read
  • 228 Views
Madagascar-COVID-19 / Appel du ministre de la Santé à la Communauté Internationale: La Présidence de la République le désavoue

Lundi dernier, dans une lettre adressée aux partenaires techniques et financiers, M. Ahmad Ahmad, le ministre de la santé de Madagascar, réclame l’aide de la communauté internationale afin de lutter contre l’épidémie du coronavirus dont on relève une nouvelle forme à Madagascar. Toutefois, cet appel à l’aide a été désavoué par la Présidence de la République, selon la porte-parole de la Présidence.

Au Mercredi 22 juillet, Madagascar aura enregistré un peu plus de 7 548 cas de contamination et une soixantaine de décès dus au coronavirus. Par jour, on estime entre 400 et 200 personnes, le nombre de contaminés. Il y a donc urgence ! Mais comment  s’y prendre quand on sait que le pays avait annoncé la découverte d’une boisson qui suffirait à freiner la propagation du virus.

Tout a débuté le 20 avril 2020. Andry Rajoelina, le président malgache, face aux caméras de télévision avale de grandes gorgées d’une tisane d’herbes médicinales. D’après lui, Madagascar a trouvé la potion magique qui protège et guérit du Covid-19 : le Covid-organics. La boisson est distribuée dans tout le pays et très vite, il invite ses pairs africains à en faire autant.

Des commandes sont passées à travers le continent comme essais, avec quelques hésitations il faut bien le souligner. Des cargaisons sont convoyées par des vols spéciaux vers certains pays africains. Sur la toile, tout se dit sur fond de panafricanisme. Des soutiens s’élèvent de parts et d’autres. Mais certains leaders restent sceptiques et choisissent de se fier à la science. Laquelle ?

Une chose est certaine, l’Institut Malgache de Recherches sur la Médecine traditionnelle (IMRA) hésite face aux déclarations du Chef de l’Etat quant aux vertus curatives du CVO. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) invite à observer une grande prudence tant que des tests approfondis n’ont pas confirmés l’efficacité clinique de la boisson.

Situation qui renforce le sentiment anti-OMS qui est taxée d’être à la solde des firmes pharmaceutiques pas toujours bien vues du côté du continent. Le Centre Africain pour le Contrôle des pandémies (CDC) basé en Ethiopie au sein de la Commission de l’Union Africaine (CUA) se propose d’assister la Grande Ile dans des essais afin de valider la portée scientifique de la boisson à base d’artemisia.

 Devant cet acharnement, Andry Rajoelina menace de se retirer de l’OMS qu’il accuse d’être contre son pays et plus encore contre les Africains. Entre-temps, la gestion de la crise sanitaire à Madagascar inquiète… En dépit des promesses du président malgache, on enregistre des formes sévères de la maladie et les hôpitaux sont submergés.

Quelques mois plus tard, les chiffres de contamination et de décès ont quadruplé. Nul n’est épargné. Du Senat à la Présidence, on enregistre des cas. Face à cette recrudescence des cas, des structures vont être réquisitionnées pour faire office d’hôpitaux et accueillir les patients contaminés.

Madagascar a urgemment besoin de 35 350 kits de prélèvement pour le diagnostic par PCR ou GeneXpert, 1 201 concentrateurs d’oxygène 12 litres, 968 000 masques type FFP2 et 328 644 boîtes de comprimés de 200 mg d’hydroxychloroquine. Décidément la situation semble hors de contrôle. Ce qui aurait poussé le Ministre Ahmad Ahmad à prendre les devants sur l’Etat et demander de l’aide à la communauté internationale.

Mais à en croire la porte-parole de la Présidence, Madagascar n’est pas demandeur d’une aide internationale.

Qu’est-ce qui n’a pas marché avec la boisson malgache ? Les implications de cette campagne risquent de peser lourd non pas seulement pour les malgaches- premières victimes, mais aussi pour ceux qui à la suite de Rajoelina se sont empressés par des déclarations qui s’avèrent aujourd’hui contradictoires.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *