NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
July 24, 2024
POLITIQUE

Pascal Affi Nguessan, candidat à la Présidentielle : « L’enjeu aujourd’hui se résume en une alternative : l’affrontement ou la paix.. »

  • septembre 22, 2020
  • 3 min read
  • 300 Views
Pascal Affi Nguessan, candidat à la Présidentielle :  « L’enjeu aujourd’hui se résume en une alternative : l’affrontement ou la paix.. »

Pascal Affi Nguessan, président du FPI, selon la justice ivoirienne a animé une conférence de presse le mardi 22 septembre au siège de son parti. Il s’agissait pour lui de se prononcer sur l’actualité politique rythmée par les tensions à l’approche de l’élection présidentielle, la candidature d’Alassane Ouattara et l’unité d’action de l’opposition.

A en croire Affi Nguessan qui a dépeint un tableau sombre, « l’affrontement ou la paix » est l’alternative qui se pose à la classe politique, avec la volonté de Ouattara de faire un 3e mandat.

Face aux périls que courent la Côte d’Ivoire, Affi Nguessan a estimé que l’heure n’est pas « aux règlements de comptes, aux agendas cachés, aux exclusions, au parcours du solitaire », mais à la responsabilité face à « l’intérêt  national ». Pour lui, c’est à ce prix que l’opposition parviendra à « imposer » au pouvoir en place, un scrutin démocratique et inclusif.

Selon Affi Nguessan, Alassane Ouattara est l’unique responsable des tensions en cours dans le pays du fait de sa « farouche volonté de s’accrocher au pouvoir contre la volonté de tous ». Il lui reproche d’être « sourd » à tous les appels, même ceux de la communauté internationale. Dans cet ordre d’idées, il a fait savoir que le Conseil Constitutionnel pour avoir valider la candidature de Ouattara s’est discrédité de manière « définitive ».

En effet, pour Affi se servir de ses propos en 2016, suspectant Ouattara de vouloir briguer un 3e mandat, comme source de droit pour valider la candidature de Ouattara est tout simplement « ridicule, risible et honteux ». Par ailleurs, le candidat du FPI pense que Ouattara qui doit sa « victoire  dit-on » de 2010, grâce à la Commission électorale indépendante manœuvrerait pour la garder sous sa férule.

Dès lors, Affi estime qu’il faut se battre pour obliger Ouattara à organiser un scrutin crédible. C’est pourquoi il a souscrit au mode d’ordre de désobéissance civile lancé par toute l’opposition, le 20 septembre 2020. «  Je souscris entièrement et totalement à la désobéissance civile prônée par le président Henri Konan Bédié et l’ensemble des forces politiques et sociales de Côte d’Ivoire », a martelé Affi Nguessan,

Ajoutant, lors de son échange avec la presse qui s’inquiétait d’une possible arrestation de sa personne : « on n’a pas peur de la prison. Il ne faudrait pas que ceux qui sont en face croient qu’en brandissant les arrestations, ils vont nous faire reculer ».

 Quant au sens de sa candidature, il a expliqué qu’elle s’inscrit «  dans une dynamique de paix et de réconciliation » en se disant « prêt à mettre fin au drame que vit la Côte d’Ivoire ».

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *