NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
June 23, 2024
POLITIQUE

Transition au Mali/ Deux militaires à la tête du pays

  • septembre 22, 2020
  • 3 min read
  • 234 Views
Transition au Mali/ Deux militaires à la tête du pays

L’ex-ministre de la Défense Ba Ndaw et colonel major à la retraite a été désigné président de la République pour la période de transition. Il aura à ses côtés colonel Assimi Goïta, l’actuel chef de la junte militaire, comme vice-président.

C’est le colonel Assimi Goïta, chef du comité national pour le salut du peuple (CNSP), qui l’a annoncé ce 21 septembre en début d’après-midi. Ba Ndaw officiera comme chef de l’État du Mali pendant les 12 ou 18 prochains mois. A la clé l’organisation des élections générales (présidentielles, législatives voire municipales). Ceci à l’effet de rendre intégralement le pouvoir au civil de manière.

Profil

Agé de 70 ans, Ba Ndaw est un colonel-major de l’armée malienne à la retraite. Il est précisément un officier spécialisé de l’armée de l’air. Il a servi sous le drapeau malin. Entre 1992 et 2002, il assume les fonctions de chef d’état-major adjoint de l’aviation sous la présidence d’Alpha Oumar Konaré.

Ba Ndaw maitrise très bien les hautes sphères du Mali. Il a notamment été l’aide de camp de l’ex-président malien, le général Moussa Traoré (1968-1991), décédé le 15 septembre dernier. Sous Ibrahim Boubacar Keita renversé par le CNSP, il a exercé comme ministre de la défense entre mai 2014 et janvier 2015. Il est porté à ce poste suite à la démission de Soumeylou Boubèye Maïga, rendue inévitable par la défaite de l’armée malienne à Kidal.

Bah Ndaw a été signataire, avec son homologue français de l’époque Jean Yves Le Drian, signataire de l’accord de défense entre la France et le Mali conclu en 2014. Ndaw a également travaillé sur la réforme de l’armée malienne, sans toutefois l’achever, car son mandat n’a été que de courte durée. Comme beaucoup de militaires maliens de sa génération, Ndaw est formé essentiellement en URSS. Il est également passé par l’école de guerre de Paris (France).

La junte garde la main…

A la vice-présidence, le comité de désignation a porté le colonel Assimi Goïta. Le lecteur du communiqué était jusque-là le Chef de l’Etat du Mali car à la tête de la junte militaire, le CNSP, depuis le coup d’Etat du 18 août 2020.

Cette désignation pourrait davantage attiser les suspicions des dirigeants de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao). A Accra au Ghana le 7 septembre dernier, les chefs d’Etat ont exclu un vice-président militaire qui aurait plus de pouvoir le président de la transition.

En plus, le vice-président de la transition ne devrait pas pouvoir être candidat aux élections présidentielles. Or, le leader du coup d’Etat du 18 août dernier ne semble pas prêt à faire la figuration au cours de cette transition. Notamment dans le choix des femmes et hommes du gouvernement de transition. La suite réserve donc plusieurs développements.

D’ici là, la prestation de serment du président a lieu vendredi 25 septembre 2020. Elle marquera l’entrée en fonction de Ba Ndaw.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *