NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 23, 2024
FOCUS

Pour une plus grande intégration économique du Maghreb Arabe

  • mars 16, 2014
  • 6 min read
  • 282 Views
Pour une plus grande intégration économique du Maghreb Arabe

Union Maghrébine des employeurs

[quote]La troisième édition du forum des entrepreneurs maghrébins s’est tenue à Marrakech, les 17 et 18 février 2014. L’ouverture du forum a été présidée par le Premier Ministre du Maroc, Abdelilah Benkirane en présence des responsables des patronats maghrébins. Les débats ont pris fin sur l’adoption de l’Initiative maghrébine du commerce et de l’investissement.[/quote]

Le non Maghreb coûte 2 à 3 points de croissance du PIB aux pays de la région. Organisé à l’initiative de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) qui préside l’Union maghrébine des employeurs (UME), la 3ème édition du forum des entrepreneurs maghrébins vise à relancer le processus d’intégration économique de la région et placer les acteurs économiques au cœur des actions de développement. “Le commerce intra maghrébin représente moins de 3% des échanges extérieurs des 5 pays du Maghreb. Ce taux est largement au-dessus de 60 % pour les pays de l’Union européenne, de 25 % pour l’Asean, de 15% pour Mercosur et, plus près de nous, de 9 % pour la Cédéao” a souligné d’entrée la présidente de la CGEM, Miriam Bensalah Chaqroun. Pour la patronne des patrons marocains, l’initiative du privé doit se recentrer pour être au cœur de la région, le secteur privé doit être la locomotive qui oblige les politiques à dépasser leur divergence. “Nous n’avons pas la prétention ici d’élaborer une énième tentative de relancer l’UMA. Nous souhaitons seulement œuvrer à la mise en place d’un écosystème qui nous permette de gagner en influence en donnant plus de relief et de consistance à notre union. Aujourd’hui le Maghreb arabe présente toutes les caractéristiques d’un véritable marché régional de consommation et de production, comme il dispose aussi d’un réservoir de compétences jeunes et bien formées”. Les pays du Maghreb

arabe partage ensemble la même langue et les mêmes cultures. Cette proximité doit être une opportunité pour intégrer les économies et favoriser la croissance. Pour le Premier Ministre du Maroc présent à l’ouverture des travaux, « il n’y a pas d’alternative » à l’Union du Maghreb. ” Nos chances sont vraiment minimes de réussir, chacun de son côté, les enjeux d’un monde qui s’oriente résolument vers les regroupements et les grands espaces économiques régionaux” a noté Abdelilah Benkirane avant d’exhorter les secteurs privés des 5 pays du Maghreb a poursuivre l’œuvre entreprise “Persévérer dans ce sens.Donnez corps à cette union par le biais de l’économique. Sans nul doute, les politiques ne manqueront pas de vous rejoindre”. Dans un message vidéo, la présidente du

[quote arrow=’yes’] “Donnez corps à cette union par le biais de l’économique. Sans nul doute, les politiques ne manqueront pas de vous rejoindre” Abdelilah Benkirane[/quote]

MI, Christine Lagarde a rappelé que l’intégration économique de la région du Maghreb est la réponse la plus appropriée aux questions de la croissance, du développement et de la lutte contre la pauvreté. Pour elle, plusieurs facteurs dont la géographie, l’histoire et la culture, sont favorables à cette intégration. Aussi a-t-elle appelé à la suppression des barrières douanières, deux fois plus élevées au niveau du Maghreb, et à la mise sur pied d’un régime favorable à l’investissement privé intra maghrébin.Ce forum maghrébin se tient dans un contexte particulier caractérisé par les évolutions économiques, financières et sociales profondes qui animent actuellement la scène régionale et internationale.

Les travaux du forum ont porté sur le coût du non Maghreb, la réussite de l’intégration régionale, la convergence douanière et réglementaire, l’intégration logistique, la construction du Maghreb énergétique.

Au cours du forum, l’accent a été mis sur la nécessité d’élaborer les instruments et mécanismes susceptibles d’aider l’Union maghrébine des employeurs à assurer pleinement son rôle et être capable d’insuffler une nouvelle dynamique dans l’économie maghrébine et proposer des formules et mécanismes innovants pour créer des projets maghrébins intégrés afin d’atteindre une véritable émergence de la coopération maghrébine. A la fin des travaux, les participants ont recommandé « d’accélérer la mise en œuvre de l’espace économique maghrébin intégré, afin de relever les défis actuels et constituer un contrepoids devant les groupements économiques régionaux et internationaux ; de relier les marchés des pays de l’UMA et de leur créer le climat juridique favorable, en assurant la mobilité des personnes, des biens, des services et des capitaux ; d’assurer la liberté d’investissement et l’appropriation, en adoptant le principe d’égalité des prestataires économiques dans tous les pays maghrébins ; de veiller à prendre en compte le volet régional dans les projets nationaux ; d’assurer la liberté des échanges commerciaux en accélérant, en premier lieu, la signature du projet de la Convention de libre échange intermaghrébin.».

Les participants ont adopté une déclaration finale ainsi que l’Initiative maghrébine du commerce et de l’investissement (IMCI). Pour la Présidente de la CGEM, Mme Bensalah Chaqroun, l’IMCI « ambitionne d’être une feuille de route avec un plan d’action à court, moyen et long terme, des recommandations basées sur la hiérarchisation des mesures relatives aux politiques publiques et une adaptation des structures organisationnelles patronales pour s’inscrire dans une dimension régionale». Plus de six cent hommes et femmes d’affaires ont participé à ce forum. Créée en 2007, l’UME veut réaliser l’intégration économique des pays du Maghreb à travers une approche patronale. L’activité économique doit être la force par laquelle l’intégration politique se réalise. Outre la CGEM, l’UME est constituée de la Confédération algérienne du patronat (CAP), le Conseil du patronat libyen (CPL), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) et la Confédération nationale du patronat mauritanien (CNPM).

A.F.O

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *