NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
May 22, 2024
FOCUS

ABDULLA SHAHID, PRESIDENT DE LA 76e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES «Une presse libre est un pilier fondamental de la transparence, de la démocratie»

  • novembre 21, 2021
  • 5 min read
  • 373 Views
ABDULLA SHAHID, PRESIDENT DE LA 76e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES   «Une presse libre est un pilier fondamental de la transparence, de la démocratie»

 

New York. 14 septembre 2021. Discours aux journalistes du monde entier, de M. Abdulla Shahid, Président de la 76e session de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

« Une presse libre est un pilier fondamental de la transparence, de la démocratie. Parfois, vous avez besoin de quelqu’un pour poser les questions, même les plus inconfortables, si vous voulez être ouvert et honnête sur ce qui se passe.

S’il vous plaît, n’hésitez jamais à poser les questions difficiles. Je pourrais décider de ne pas répondre à certaines questions, mais c’est peut-être principalement parce que je n’ai vraiment pas les réponses, mais je veux que vous me gardiez, moi et le reste des députés de cette maison, sur nos orteils.

Et j’ai l’intention de soutenir votre travail à cet égard. En plus des briefings réguliers, j’espère organiser un déjeuner ou un dialogue matinal pour les membres de la presse de l’ONU.

De même, j’espère que je serai invité à des événements de presse et à des interviews, et que j’aurai l’opportunité de m’engager avec de jeunes journalistes en herbe qui sont désireux de faire leur marque.

L’autonomisation des jeunes est une partie importante de ma présidence et j’espère que vous travaillerez avec moi pour aider à y parvenir.

Chers collègues, vous avez maintenant beaucoup entendu parler de ma « Présidence de l’Espoir ». Pour ceux d’entre vous qui ne l’ont pas fait, le résumé est le suivant : nous avons une population mondiale qui a vécu dans l’anxiété, la dépression et le désespoir pendant 18 mois. Nous ne pouvons plus nous permettre d’être la voix du malheur. Pour chaque problème, il doit y avoir une solution et l’ONU peut et doit être à l’avant-garde pour énoncer ces solutions. Que les gens viennent à nous pour l’espoir, l’inspiration et la tranquillité d’esprit.

Lorsque je propose mes Cinq Rayons d’Espoir, je suis très conscient que nous avons besoin d’espoir pour réussir dans ces domaines et remettre le monde sur pied.

Le premier rayon concerne le COVID 19 et la nécessité d’une équité vaccinale. Nous ne pouvons pas accepter que seulement 3% de l’Afrique soit encore immunisé, nous pouvons et ferons mieux. J’ai l’intention de convoquer un débat thématique de haut niveau sur l’équité en matière de vaccins avec des experts de premier plan et des dirigeants mondiaux pour le début de 2022, alors que nous cherchons à mettre ces vaccinations dans tous les bras qui en ont besoin. Nous ne serons pas en sécurité tant que nous ne serons pas tous en sécurité.

Mon deuxième concerne le redressement. Alors que nous reconstruisons, nous devons le faire de manière durable. Notre Décennie d’Action doit aussi être une Décennie du Redressement.

Mon troisième jour d’espoir est de répondre aux besoins de la planète. C’est une année de Conférences sur la Planète : COP-26, Convention sur la biodiversité, Dialogue sur l’énergie… et l’année prochaine, la Conférence des Pays les Moins Avancés à Doha et la Conférence des Océans au Portugal. Ma proposition est de coordonner et de mettre en commun les efforts de tous ces événements, afin que nous puissions trouver des solutions communes et agir en conséquence.

J’appelle cette 76e Session une « Super Session pour la Nature ».

Mon quatrième rayon d’espoir porte sur les droits de l’homme et le besoin toujours critique de ne jamais laisser personne de côté. Tout le monde doit être responsabilisé ; tous doivent être élevés ; doivent être protégés ; doivent avoir la possibilité de grandir et de prospérer dans la sécurité et la prospérité. Nous devons lutter contre la discrimination sous toutes ses formes et être l’ONU pour tous. (…)

Chers amis,

Ma Présidence de l’Espoir, c’est aussi le respect des droits de tous et la revitalisation des Nations Unies. Nous avons besoin d’une organisation adaptée à ses objectifs et adaptée à l’époque dans laquelle nous vivons.

Ces cinq rayons d’espoir sont là pour nous pousser à ne pas abandonner, même lorsque les difficultés semblent élevées. (…)

Je suis un champion du genre et j’ai veillé à ce que mon équipe soit équilibrée entre les sexes. J’ai également pris l’engagement de ne pas siéger dans un panel qui n’est pas équilibré entre les sexes et j’encouragerais les autres à le faire. Il est temps pour nous de nous affirmer davantage pour faire du monde 50 :50. Comptez sur moi. »

About Author

Mireille Paty

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *