NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
May 30, 2023
EDITORIAL

ÇA BOUGE !

  • février 1, 2020
  • 3 min read
  • 52 Views
ÇA BOUGE !

Ça bouge en Afrique ! Le numéro de votre magazine que vous allez lire le prouve. Les sujets sont variés. Tous ont un dénominateur commun : le mouvement.  

Une forme particulière de mouvement dont notre continent a besoin, c’est l’innovation.  

Justement, en couverture, vous trouverez un brillant innovateur africain : Serge Armel Ndjidjou. Retenez ce nom. Vous entendrez parler de lui dans les prochaines années.  

M. Ndjidjou a inventé une couveuse révolutionnaire. Des milliers de nouveau-nés meurent chaque année dans notre continent, faute de couveuse. Regardez dans votre ville, votre village : combien y a-t-il de couveuses dans les hôpitaux ? Combien même dans votre région ou dans votre pays ? Interrogez les médecins, les sages-femmes, les infirmiers et infirmières. 

Vous serez surpris par le très petit nombre de cet appareil qui permet de sauver d’une mort certaine les bébés présentant certaines fragilités à la naissance.  

L’invention de Ndjidjou est bienvenue. Cet universitaire-chercheur est un modèle des Africains qui tirent le continent vers l’avant. Son invention ne s’arrête pas à sauver les vies, elle propulse l’Afrique dans le domaine des hautes technologies.  

Depuis des années, l’on déplore l’absence d’industrialisation de l’Afrique. Il y a cinq ans, Dani Rodrik, Professeur à Harvard, a avancé le concept de « désindustrialisation prématurée » pour désigner le fait suivant : des pays sous-développés qui, dans les années 1960s et 1970s, avaient amorcé leur industrialisation, ont à partir du milieu des années 1980s, vu leurs productions et leurs emplois industriels décliner, en part relative ou absolue. Un nombre d’usines a fermé. Un nombre bien plus petit de nouvelles a été créé.  

L’optimisme était aussi présent tout le temps à Rabat au Maroc, du 19 au 23 décembre de l’année dernière. L’optimisme et le mouvement. Pendant ces cinq jours, Rabat est devenue la capitale des étudiants et de la jeunesse d’Afrique. S’y tenait en effet, le huitième Sommet des Étudiants et de la Jeunesse d’Afrique. Ça bouillonnait d’idées, de créativité, d’esprit d’entreprise. 

Venant de presque tous les pays du continent, les étudiants et les jeunes Africains se sont donné rendez-vous dans la capitale du Royaume chérifien pour débattre. En lisant le compte-rendu qu’en fait votre magazine, la qualité de

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *