NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 20, 2024
ECONOMIE

Economie : vers un accord entre la France et la CEMAC pour passer du CFA à l’ÉCO

  • août 12, 2020
  • 4 min read
  • 222 Views
Economie : vers un accord entre la France et la CEMAC pour passer du CFA à l’ÉCO

D’après des officiels camerounais, la CEMAC aurait trouvé un accord avec la France, pour abandonner le Franc CFA au bénéfice de l’ÉCO. 

Selon les propos de ces officiels camerounais rapportés à l’Agence Ecofin par des investisseurs internationaux sous anonymat, « La CEMAC et la France ont conclu un accord pour passer du CFA à l’ÉCO ». Et d’ajouter que, tout comme le processus qui est mené dans la zone jumelle de l’UEMOA, la nouvelle monnaie serait toujours liée à l’Euro sur la base d’une parité fixe mais les Français ne figureraient plus dans les instances monétaires sous régionales.

Par ailleurs, dans l’accord en question, le rapatriement des réserves hors du compte des opérations du trésor public français ne serait pas acté, comme c’est le cas pour l’UEMOA. Cependant, avance la même source, “la CEMAC n’aura plus l’obligation d’effectuer cette consolidation des réserves de change en France”. D’après les autorités camerounaises qui ont souligné que pour le moment, c’est le statu quo qui prévaut en matière de coopération monétaire, il s’agit là d’une option.

Faut-il le rappeler, récemment, des sources proches de la BEAC, la banque centrale de la CEMAC, ont affirmé que ce dossier confié en novembre 2019 à la BEAC sous la supervision de l’Union Monétaire d’Afrique Centrale (UMAC), serait déjà complètement bouclé. Seule touche manquante, la signature du président camerounais Paul Biya, en sa qualité de président en exercice de la CEMAC. Les propos des investisseurs internationaux, trouvent également leur fondement dans les déclarations de Daniel Ona Ondo, président de la commission de la CEMAC. « Nos amis de l’UEMOA ont pris la décision de créer l’ÉCO. Mais naturellement l’ÉCO fait écho en Afrique centrale. Nous sommes en train de négocier… Donc ce dossier est en cours » avait-il confié, lors d’une visite effectuée début février 2020 au président Ali Bongo à Libreville au Gabon.

Si les responsables de la CEMAC tardent encore à annoncer le plan de réforme de la coopération monétaire au grand public, c’est surtout dû à l’impasse dans laquelle se trouve aujourd’hui le processus dans la zone UEMOA, fait observer l’Agence Ecofin. En effet, dans cette zone, le processus a buté contre la pression des opinions publiques africaines ayant exigé l’arrêt de cette coopération monétaire qui est comprise comme une « servitude monétaire » d’une part, et la volonté affichée de la France de garder l’initiative sur la question monétaire dans ses ex-colonies d’Afrique subsaharienne, d’autre part. Mais également et surtout, Muhammadu Buhari, président du Nigéria, puissance pétrolière et économique d’Afrique, ne souhaitait aucunement voir le processus de la création de l’ECO, la monnaie commune de la CEDEAO, envahi par des parties prenantes étrangères. 

Plusieurs présidents africains avaient d’ailleurs approuvé la position du Nigéria, dont notamment, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo de la Guinée Equatoriale. « Nous avons abordé cette question qui consiste à nous libérer de notre partenaire monétaire, car nous sommes déjà une sous-région capable de se prendre en charge sur ce plan », avait-il déclaré le 22 novembre 2019 lorsqu’il quittait le sommet extraordinaire des chefs d’Etats de la CEMAC qui s’est tenu à Yaoundé. Première économie de la CEMAC dont il assure également la présidence, le Cameroun a une énorme responsabilité dans ce dossier et ses décisions n’est plus à relever.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *