NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
December 7, 2023
EDITORIAL

L’OPÉRATION MILITAIRE SPÉCIALE SERA-T-ELLE LE SIGNE « PLUS » DE NOTRE TEMPS ?

  • décembre 2, 2022
  • 3 min read
  • 179 Views
L’OPÉRATION MILITAIRE SPÉCIALE SERA-T-ELLE LE SIGNE « PLUS » DE NOTRE TEMPS ?

Quel sera le signe de notre temps ? Sans doute l’Opération Militaire Spéciale (OMS) que la Russie a lancée le 24 février 2022.

Dans les affaires du monde, et donc celles de l’Afrique puisque l’Afrique est partie intégrante du monde, il y a, il y aura, un avant et un après l’OMS. Le monde en train d’émerger de cette OMS différera radicalement de celui d’avant.

Que doit faire l’Afrique pour être du bon côté de l’histoire en train de se dénouer sous ses yeux ?

D’abord, il faut qu’elle sache, l’Afrique, où se trouve le bon côté. Ce n’est pas difficile : le bon côté est celui du monde multipolaire, c’est-à-dire l’opposé d’un monde dans lequel un pays ou un groupe de pays dicte sa loi, manipule à son unique profit : la justice internationale, le commerce mondial, le système monétaire international, la fixation des prix des matières premières, et, systématiquement, tous les instruments majeurs de la vie économique des nations.

En septembre dernier à New York, lors de la 77e Assemblée Générale de l’ONU, les dirigeants africains ont été unanimes. Ils veulent un monde multipolaire. Sur la couverture du numéro de votre magazine de ce mois, vous voyez certains de ces dirigeants. Ils ont parlé au nom de tous les Africains. Ce qu’ils disent résume le point de vue de l’Afrique. Ce continent réclame sa place, rien que sa place, pas plus ni moins, à l’ONU et dans les affaires mondiales.

Deux sièges permanents et cinq non-permanents au Conseil de Sécurité de l’ONU. Voilà ce que l’Afrique demande depuis 17 ans à l’ONU, sans qu’on lui prête l’oreille. Cette demande est inscrite noir sur blanc, dans la position commune africaine adoptée lors d’une réunion de l’Union Africaine les 7 et 8 mars 2005 à Ezulwini au Royaume d’Eswatini. Connue sous le nom de « Consensus d’Ezulwini », cette demande africaine est réitérée quatre mois plus tard, le 5 juillet 2005, lors d’un autre sommet de l’Union Africaine à Sirte, en Libye qu’organisa le Panafricaniste Mouamar Kadhafi et au cours de laquelle fut adoptée la « Déclaration de Sirte. »

«Veuillez nous accorder deux sièges permanents et cinq sièges non permanents au Conseil de Sécurité», répètent les Africains depuis 17 ans. La population de la France c’est 5% de la population africaine. Idem pour la population du Royaume-Uni. Pourtant, la France a un siège permanent. Le Royaume-Uni en a un aussi. L’Afrique a zéro. Est-ce normal ? Est-ce démocratique ? Est-ce acceptable ? Dans un monde multipolaire, la réponse est trois fois « NON ».

Hélas, nous ne sommes pas dans un monde multipolaire. C’est l’une des causes structurelles des malheurs qui accablent les Africains depuis des décennies. Alors, si l’OMS ouvre la porte d’un monde multipolaire, les Afrique ont intérêt à vite s’y engouffrer. Elle aura été le signe « plus » de notre temps.

About Author

Hommes d'Afrique Magazine

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *