NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
May 22, 2024
FOCUS

NANA AKUFFO-ADDO, Président du GHANA « Ni le Ghana ni l’Afrique voulait être des cicatrices sur la conscience de quiconque »

  • novembre 21, 2021
  • 2 min read
  • 364 Views
NANA AKUFFO-ADDO, Président du GHANA    « Ni le Ghana ni l’Afrique voulait être des cicatrices sur la conscience de quiconque »

« En 2017, lorsque j’ai fait ma première apparition à l’Assemblée générale en tant que président nouvellement élu du Ghana, j’ai dit que ni le Ghana ni l’Afrique voulait être des cicatrices sur la conscience de quiconque. J’ai dit que nous voulons construire économies qui ne dépendent pas de la charité et de l’aumône, car et des expériences amères nous ont appris que, quelle que soit la générosité des charités, nous resterions pauvres.

Entre 2017 et 2020, le Ghana a enregistré un taux de croissance moyen de 7%, parmi les plus élevés au monde. En 2020, alors que l’économie mondiale et l’Afrique subsaharienne s’est contractée de 3,5% et 2,1%, respectivement, le Ghana était l’un des rares pays à avoir enregistré un taux de croissance positif. Cela témoigne de notre détermination à construire un Ghana sans aides.

Les derniers chiffres de la Banque Africaine de Développement indiquent que les économies africaines, qui se sont contractées de 2,1% en 2020, sont encore revenues aux niveaux d’avant la pandémie.

Plus de trente millions d’Africains sont tombés dans l’extrême pauvreté en 2020, et près de quarante millions pourraient le faire en 2021. L’impact social a été dévastateur ; plus de cent trois millions d’emplois africains ont été perdus. Les femmes, qui représentent quarante pour cent (40 %) de l’emploi total, ont été les plus durement touchés.

Monsieur le Président, nous écoutons les scientifiques : il est évident que la vaccination est le moyen de protéger les populations et de revitaliser les sociétés. À vacciner soixante-dix pour cent (70 %) dans les plus brefs délais, comme c’est le cas ailleurs dans le monde, c’est quelque neuf cents millions d’Africains doivent être vaccinés.

La structuration par Afreximbank de l’Africa Vaccine Acquisition Taskforce de deux milliards de dollars de quatre cents millions de vaccins Johnson & Johnson fait partie du programme historique de l’Union africaine».

About Author

Mireille Paty

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *