NouveautéOffre incroyable pour nos abonnés exclusifs !Lire plus
April 20, 2024
COOPERATION

Russie/Afrique: discours de Moussa Faki Mahamat à saint Petersburg

  • août 7, 2023
  • 7 min read
  • 537 Views
Russie/Afrique: discours de Moussa Faki Mahamat à saint Petersburg

A l’instar des présidents des pays africains invités au sommet Russie-Afrique, le président de l’Union Africaine, son excellence Moussa Faki MAHAMAT s’est prononcé. Lisez l’intégralité de son discours à Saint Petersburg le 28 juillet 2023.


Excellence Monsieur Vladimir Poutine, Président de la Fédération de Russie
Excellence, Monsieur Azali Assoumani, Président de l’Union des Comores et Président en exercice de l’Union africaine
Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement
Mesdames et Messieurs les chefs de délégations
Mesdames et Messieurs, en vos grades et rangs respectifs

Mon premier mot s’adresse à vous, Excellence Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie pour l’organisation de ce sommet et pour m’y avoir invité.
Je vous remercie en particulier pour l’accueil chaleureux que vous- même, votre gouvernement et le peuple de Russie nous avez réservé.

De Sotchi en octobre 2019 où s’est tenu le premier Sommet Russie –Afrique à Saint Pétersbourg aujourd’hui, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts.. En effet, ce deuxième Sommet Russie –Afrique se tient au milieu d’un contexte international polarisé, entre autres, par la guerre qui se déroule entre le pays hôte et son voisin ukrainien.
J’évoque, d’emblée, cette délicate question pour souligner l’importance que l’Union africaine a toujours attachée à la paix fondée sur le respect des principes immuables d’indépendance, d’intégrité territoriale, de souveraineté des États, de bon voisinage et de règlement de tous les différents entre voisins par les voies strictement pacifique de négociations et de compromis mutuellement acceptables et avantageux.
Tels sont les principes qui inspirent la position de l’UA africaine dans ce conflit fratricide immensément dommageable pour les deux pays et pour le reste du monde. Cette guerre doit cesser et elle ne peut cesser que sur ces bases de justice et de raison.
Les perturbations qu’elle provoque dans l’approvisionnement en énergie et en céréales doivent cesser immédiatement. L’accord sur les céréales doit être étendu au bénéfice de tous les peuples du monde, les africains en particulier.

ExcellencesMesdames et Messieurs

Dans le prolongement du précédent Sommet Afro- russe, l’Union africaine, ancrée dans la logique de l’Agenda 2063, se construit son horizon de coopération ouvert sur la diversité fonctionnelle. Nos choix partenariaux sont établis à la double lumière du critère de pertinence par rapport à nos propres objectifs de développement et de la prise en compte des intérêts des autres parties. C’est dans cet esprit que s’est déroulé le premier Sommet de notre partenariat avec la Fédération de Russie, sanctionné par l’adoption d’une Déclaration fixant le cadre général de ce partenariat. A cause sans doute de l’impact d’un contexte économique sinistré par la pandémie de la COVID 19, et d’un manque de fermeté dans la programmation opérationnelle, les progrès sont restés limités.

Certes l’institutionnalisation du partenariat s’est matérialisée par le respect de certaines échéances telles que le Forum économique et la mise en place d’un comité conjoint d’experts chargé de la traduction en activités sous forme de plan d’action des dispositions de la Déclaration.
A juger des choses sous l’angle des réalisations concrètes, cependant, tout reste à faire et à faire vite si nous voulons garder à ce partenariat une dynamique conforme à l’histoire exaltante de nos relations et aux intérêts fondamentaux de nos peuples.

Excellence Monsieur le Président
Excellences messieurs les chefs d’Etat et de Gouvernement
Mesdames Messieurs

Le triptyque « Paix-Sécurité-Développement » retenu comme slogan du forum Afrique Russie s’est décliné à travers l’identification des domaines de coopération, opérée à l’intersection des attentes de l’Afrique et des compétences russes.

A ce titre, ces domaines conjointement convenus, ont porté, entre autres, sur
L’énergie, les infrastructures des transports et de logement, l’Industrialisation, les technologies numériques, le Commerce, l’Agriculture…
La Paix et la sécurité
l’exploitation minière moderne au moyen de la haute technologie, la transformation des minéraux, l’exploration géologique, la médecine, la science, l’enseignement et le transfert des technologies pertinentes au regard de ces priorités.

Sur un autre plan notre partenariat doit viser à améliorer la gouvernance mondiale et le renforcement du multilatéralisme, à travers la réforme de l’architecture financière internationale, la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies pour réduire l’injustice flagrante faite au milliard et demi d’africains privés de voix dans cette instance en charge de la paix dans le monde.

Excellences
Mesdames et Messieurs
La fonctionnalité d’un tel partenariat ne se mesure pas autrement que par l’évaluation de son bilan, c’est-à-dire au repérage des activités menées entre deux Sommets en lien avec les objectifs convenus. Ce deuxième Sommet Russie-Afrique devrait donc s’atteler à un tel exercice d’évaluation, ce qui permettrait de mesurer le chemin parcouru, d’identifier les obstacles et d’acter les ajustements éventuels.
Bien sûr, quatre années de vie n’offrent pas la densité de l’âge de la maturité. Elles se sont par ailleurs écoulées dans un contexte sous-optimal, imposant la mise en berne des préoccupations jugées moins brûlantes.

Toutefois, la confiance que nous avons en ce partenariat, justifiée par cette importante présence africaine ici aujourd’hui, nous impose de privilégier une logique de recherche de résultats concrets sur toute autre considération.

Pour relever les défis de tous ordres auxquels nous sommes confrontés, les actions retenues au titre de la deuxième décennie de mise en œuvre de l’Agenda 2063 pourraient constituer un référentiel de négociations entre la Fédération de Russie et l’Union africaine.

Certains résultats concrets pourraient ici être recherchés et obtenus .La balance commerciale entre la Russie et l’Afrique, très déséquilibrée au profit de la première doit être améliorée. En effet, les indicateurs du commerce et de l’investissement montrent bien que les échanges sont en dessous du seuil de nos potentiels respectifs.

L’énergie doit reprendre ses lettres de noblesse. Les différents accords bilatéraux entre la Russie et certains Etats membres de l’Union dans ce domaine devront servir de point de départ pour la conception d’une approche consolidée au niveau continental afin de disposer d’une énergie suffisante pour alimenter l’industrialisation de l’Afrique.

La sécurité alimentaire dont les prérequis s’affirment dans le développement de l’agriculture et la production des fertilisants à des coûts compétitifs viendrait en bonne place ici dans cette recherche de résultats concrets.

Enfin, le renforcement de la coopération en matière de paix et de sécurité et de la lutte contre le terrorisme appelle davantage de faits et moins de déclarations d’intention.
Mon expérience de près de sept ans à la tête de la commission de l’UA m’ont permis d’écouter toutes les sources d’opinion en Afrique. L’un des nombreux thèmes de convergence de ces opinions est celui du souhait unanime de voir les partenariats avec le reste du monde emprunter cette voie du concret, des faits, de l’impact sur le quotidien des citoyens africains.
Puisse ce sommet faire résolument écho à de tels ardents souhaits.

Je vous remercie de votre bienveillante attention.

About Author

Ferdinand Gade